jeudi14décembre
discussion autour d'un contrat d'assurance

Outre le choix du contrat lui-même, le choix du canal de distribution est primordial lors d’une souscription d’une assurance-vie. Assureurs classiques, associations et mutuelles, conseillers en gestion de patrimoine libéraux, courtiers en ligne… Ces différents intermédiaires affichent en effet des avantages et des limites qui méritent attention. Tour d’horizon !

Lors d’une souscription d’une assurance-vie, le choix du contrat est primordial. Pour bénéficier d’une rémunération satisfaisante, il est en effet essentiel pour le souscripteur de choisir un produit adapté à ses besoins patrimoniaux que ce soit la constitution d’un capital sans risque, la préparation de sa retraite, la transmission de sa succession, etc.

Pour bénéficier d’un rendement optimal, ce dernier doit également tenir compte d’un paramètre qui est aussi important que le premier : le choix du canal de distribution. Banques, réseaux d’assurance, mutuelles, conseillers indépendants, courtiers en ligne… Chacun de ces intermédiaires présentent des spécificités qu’il convient d’analyser méticuleusement.

Les banques et les réseaux d’assurance

Les établissements bancaires enregistrent deux tiers de la collecte en assurance-vie. Étant donné que les solutions proposées varient considérablement d’une enseigne à une autre, il s’avère judicieux d’étudier soigneusement :

  • les conditions techniques ;
  • les différents frais prélevés ;
  • la rentabilité des supports d’investissement sur le long terme.

Pour ce qui est des réseaux d’assurance, il faut faire la distinction entre les sociétés d’assurance et les associations d’épargnants. Les premières proposent des produits qui se caractérisent par des performances variées de leurs fonds en euros mais dont la rentabilité reste néanmoins attrayante.

Les secondes diffusent des contrats aux performances généralement régulières sur le long terme et dont les fonds en euros sont cantonnés (frais limités, performance compétitive et transparence appréciée).

Les mutuelles et les conseillers en gestion de patrimoine libéraux

Les performances des fonds en euros des assurances vie des mutuelles sont les plus élevées. Ces dernières se démarquent par leurs frais très compétitifs et par l’absence d’actionnariat à rémunérer, ce qui accentue la performance globale de leurs produits. Il faut toutefois souligner que les mutuelles sont peu intéressantes en termes d’offre financière et d’unités de compte.

Les conseillers en gestion de patrimoine libéraux se caractérisent pour leur part par la relation privilégiée qu’ils entretiennent avec leurs clients. Parce qu’ils peuvent choisir librement leurs partenaires, ils peuvent proposer aux épargnants des contrats de plusieurs compagnies d’assurance offrant divers supports d’investissement.

Les courtiers sur Internet

Les contrats d’assurance vie en ligne se caractérisent par l’absence de frais d’entrée. Outre cela, Internet facilite les relations et les échanges d’informations. Performants, ces contrats ont toutefois des actifs relativement limités pour le moment. Ils s’adressent surtout aux initiés.

A découvrir également

  • Les fonds long / short : la solution idéale lorsque les marchés sont instables ?
    28/06/2022
  • Assurance vie : attention à bien rédiger la clause bénéficiaire
    28/06/2022
  • Les régulateurs financiers alertent sur l’écoblanchiment des assurances vie
    27/06/2022
  • Les assureurs vie face au dilemme de la remontée des taux
    27/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt