jeudi23février
Gestion du contrat d'assurance vie et monnaie euros

Avec l’entrée en vigueur de la loi Sapin II et la baisse continue des rendements, beaucoup d’épargnants se demandent aujourd’hui si ça vaut encore le coup de détenir un contrat d’assurance-vie en euros. La question mérite réellement d’être posée vu que ce placement ne rapporte plus que des miettes. Tout de suite nos réponses.

Les contrats d’assurance-vie plus que jamais menacés

Après avoir démarré l’année 2016 sur les chapeaux de roue, la collecte d’assurance vie a complètement lâché prise en cours de route pour terminer l’année en retrait comparé à 2015 (16,9 milliards d’euros collectés entre janvier et novembre). Et le début de cette détente coïncide particulièrement avec les premiers débats autour de la loi Sapin.

Voté en novembre 2016, ce texte vise à donner davantage de pouvoir au Haut Conseil de Stabilité Financière (HSCF) qui peut désormais bloquer les retraits pendant quelques mois, suspendre le versement des avances ou de rachats ou encore d’empêcher les assureurs de puiser dans leurs réserves pour compenser une baisse des rendements, ce qui aura pour conséquence de mettre un terme aux taux bas pour les fonds en euros.

Dans le même temps, les rendements des contrats continuent de se dégringoler et devraient tomber sous les 2 % en 2017. Et comme l’inflation pourrait s’établir à 1,2 % cette année en France, ils ne vont plus rapporter plus grand-chose.

Quelques pistes pour optimiser ses gains

Donc, forcément, les investisseurs seront tentés de clôturer leur contrat en cours et réinvestir leur pécune sur les marchés boursiers, plus risqués, mais au rendement potentiel plus attractif. C’est une piste envisageable, à condition de prendre quelques précautions pour ne pas avoir à tout perdre.

En cas de retrait avant 8 ans de détention, les gains peuvent être soumis, au choix du souscripteur, à l’impôt sur le revenu ou à un prélèvement forfaitaire libératoire de 35 % avant 4 ans, et de 15 % entre 4 et 8 ans. Il est donc préférable d’attendre.

Au bout de 8 ans, les gains sont imposés à 7,5 % et l’épargnant bénéficie d’un abattement de 4600 euros par an (9200 euros pour un couple marié). Il ne faut donc plus hésiter à partir de la huitième année de détention.

Puis, si tous les indicateurs sont au vert, c’est aussi une bonne idée de souscrire un contrat d’assurance vie multi-supports afin de diversifier les placements tout en profitant de nouveaux avantages fiscaux. Une autre solution intéressante est de transférer son contrat d’assurance-vie chez un concurrent. Aujourd’hui, pour capter de nouveaux clients, les assureurs proposent des taux très attractifs pour leurs contrats multi-supports. D’autant plus que les frais d’entrée, de gestion et d’arbitrage sont facilement négociables.

A découvrir également

  • 2021 marque le regain de forme de l’assurance-vie
    19/01/2022
  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt