jeudi16février

L'éventuel repli des rendements amène de nombreux épargnants à remettre en question la rémunération sur leur contrat d'assurance et patrimoine vie.

La baisse des taux de rendements qui a marqué l'année 2015 pour les épargnants s'est poursuivie durant l'année dernière. Ceux qui disposent de contrats à capital garanti et compte sur les fonds en euros dans le but de bénéficier d'une large rémunération s'attendaient à de meilleurs résultats.

Et même si les enseignes ont suivi les conseils du gouverneur de la Banque de France et chef de l'ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution du secteur) sur la manière dont elles doivent fixer le barème, la tendance reste difficile à comprendre pour les particuliers.

Une baisse des rémunérations, mais des placements toujours avantageux

Si les épargnants ont tendance à ne s'intéresser qu'à la dévaluation des taux de rendements, ils oublient parfois la conjoncture. En partant d’une vision plus objective, ils verront par exemple que l'inflation est une autre variable à considérer. Sur ce point, rien n'a vraiment changé pour l'année dernière. Le niveau de l'inflation ne s'est pas amélioré. On peut donc dire d'une certaine manière que même les barèmes les plus bas sont concurrentiels.

Une rémunération de 0,75 % sur un Livret A rapportera toujours sans compter l'effet cliquet (l'acquisition définitive du rendement annuel) et la garantie permanente sur le capital. Les assureurs tiennent aussi à rappeler que même en 2012, l'inflation produite par les fonds en euros était de 0,9 %.

Cependant, pour bien suivre l'évolution de la tendance, il faudra surveiller le taux de l'OAT (obligation assimilable du Trésor) à 10 ans qui est la référence, mais aussi la volatilité de la Bourse. Ces deux facteurs détermineront le niveau de rendement d'une assurance-vie ainsi que la manière dont les compagnies gèrent les placements.

Un recul général, mais pas pour toutes les structures

En guise d'explication sur les baisses survenues en 2015, les assureurs ont répondu que les 25 points de recul sont largement insuffisants comparés aux 80 points de l'OAT à 10 ans.

Mais cet éclaircissement ne justifie pas la raison qui fait que la baisse, bien que générale, ne concerne pas toutes les enseignes. Au cours de l'année dernière et dans le pire des cas, les points de base pouvaient atteindre les 60 ou 70. Et même s'ils se situaient en moyenne autour de 50, cela replaçait la barre des rendements à des taux assez bas (1,8 %).

Ensuite, puisqu'il faut aussi prendre en considération les prélèvements sociaux, on arrive à un niveau de 1,5 %. Pour justifier leur décision, les enseignes ont affirmé que le contexte des taux d’intérêt bas les a amenés à prendre une telle mesure afin de garantir le capital. C'est en tout cas ce que les responsables du pôle Finance Epargne du groupe Macif-Mutavie ont avancé quand ils ont été interrogés sur leur performance (1,8 % pour Actiplus et 1,2 % pour Livret Vie).

Mais même si la tendance se généralise, on remarque une certaine disparité dans le choix du barème appliqué. Tandis que les grandes structures bancaires et d'assurance proposent des taux extrêmement bas, les offres disponibles sur Internet et celles de certaines firmes mutualistes demeurent encourageantes.

Donc, ceux qui ont choisi des établissements tels que Crédit Agricole ou chez LCL (1,2 % et 1,3 %), la Caisse d'Épargne (1,3 %) ou encore le Crédit Mutuel Nord Europe (0,8 % ou 1,25 %) ne bénéficieront que d'une faible marge (en dessous des 1,5 %).

Mais ceux qui ont eu la chance de placer chez le groupe MACSF bénéficieront d'un large taux avoisinant les 2,5 %, et même plus. Les dirigeants de ce réseau très accessible (MACSF) ont précisé qu'ils font confiance à leur modèle économique malgré le contexte. Il faut rappeler que l'enseigne a gardé le niveau malgré les 20 milliards d'euros d'encours sur son offre RES. En ce qui concerne les contrats associatifs, les taux sont réellement avantageux. Gaipare et l'Asac Fapes proposent, par exemple, un niveau respectif de 2,9 % et 2,8 %.

A découvrir également

  • 2021 marque le regain de forme de l’assurance-vie
    19/01/2022
  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt