vendredi30juin
Une main prenant quelques pièces de monnaie

Les sommes versées dans les contrats d’assurance vie dépassent actuellement les 1 600 milliards d’euros, dont une part importante est investie dans les obligations et l’immobilier et moins de 19% pour les unités de compte. Good Value for Money (GVfM) communique quelques données chiffrées pour apporter une éclaircie sur l’agencement de ces investissements.

À la signature d’un contrat d’assurance vie, la majorité des Français optent pour un investissement dans les fonds en euros. Selon les chiffres communiqués par la Fédération Française de l’Assurance, 83% des montants investis sont attribués actuellement dans les fonds en euros.

Face à cette part considérable, la question se pose sur la composition de ces fonds qui sont très prisés par les assurés. Le site prescripteur de contrats d’assurance, GVfM répond à cette question à travers quelques chiffres et comparaisons.

En effet, ces fonds sont composés de part obligatoire, d’actions financiers et d’actifs immobiliers. Ces trois placements sont d’autant plus risqués mais plus rentables à long terme.

L’évolution du marché

Les fonds en euros sont composés principalement des obligations, à savoir 92% du marché. Son rendement financier brut a été chiffré en 2016 à 3,19% en moyenne. Un taux qui connait une légère baisse de 0,41% par rapport à l’année 2015 et dont les investissements rencontrent une continuelle baisse durant les quatre dernières années.

En effet, ils étaient à 82,6% en 2014 pour diminuer à 82,4% l’année suivante et ont été estimés à 81,5% en 2016. Les autres composants sont : les actions qui représentent 8,5% du marché, l’immobilier dont la part est de 5,8% et le monétaire qui est de 1% seulement.

Par ailleurs, d’après l’étude menée par le prescripteur de contrats d’assurance, les obligations d’entreprises privées détiennent la meilleure part du marché, à raison de 65% à la fin de l’année dernière par rapport aux obligations émises par l’État qui sont à 35%.

En effet, d’après les chiffres des trois dernières années, les titres corporates n’ont pas cessé d’évoluer au détriment des obligations souveraines. Concrètement, le taux des titres privées étaient de 60% à la fin 2014 tandis que celui des titres publiques étaient de 40%. Cette hausse des obligations corporates est due à son rendement plus avantageux.

Le secteur immobilier devient dynamique

L’investissement dans l’immobilier est plus rentable par rapport aux autres placements bien qu’il soit choisi par un nombre négligeable d’assureurs-vie. En effet, son taux de rendement est de 3,68% malgré une petite baisse de 0,20% par rapport à 2015.

Cet investissement rencontre malheureusement des difficultés, notamment dans la recherche des actifs ayant un très bon rapport qualité/prix. Cela résulte une décroissance du poids relatif des actifs immobiliers par les assureurs.

Ainsi, à la fin de l’année 2016, l’allocation des fonds en euros sur l’immobilier a connu une baisse de 6,9% par rapport à 2015, cela au profit des actions et des obligations.

Contrairement aux faits rencontrés dans l’immobilier de rendement, les assureurs-vie misent plus sur l’immobilier dans les fonds en euros dynamiques. De ce fait, on a pu constater une hausse de 4,9% par rapport à 2015 sur l’allocation relative à l’immobilier. Les obligations, quant à elle, ont baissé de 3,5% durant l’année. GVfM révèle d’ailleurs :

Les assureurs-vie ont continué à faire monter le poids des actifs immobiliers au sein de leurs fonds en euros dédiés à la retraite ; c'est cohérent avec une approche de long terme ; c'est également une protection face au risque de remontée des taux.

Good Value for Money.

A découvrir également

  • 2021 marque le regain de forme de l’assurance-vie
    19/01/2022
  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt