vendredi23juin
Explication des termes et signature du contrat

À part ses avantages fiscaux, l’assurance-vie est également une forme de contrat qui permet de faire fructifier des fonds sur le long terme suivant des objectifs divers tels que l’investissement immobilier, la retraite… Les contrats monosupports sont uniquement investis en fonds euros tandis que les contrats multisupports permettent d’investir dans d’autres unités de compte en plus de comporter un fonds en euros.

Dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie, le souscripteur peut choisir d’investir dans les fonds en euros afin de réaliser des bénéfices. Ce type d’investissement est en effet proposé dans toutes les formules d’assurance-vie. Les fonds en euros ne présentent aucun risque pour le capital du souscripteur, car il s’agit d’un placement garanti par l’assureur.

Ces fonds sont constitués d’investissements obligataires en grande partie, c’est ce qui permet à l’assureur de garantir au souscripteur le capital qu’il a placé.

Les compagnies d’assurance font fructifier les fonds en euros et au final, les bénéfices réalisés se partagent entre l’assureur et le souscripteur. Mis à part les obligations, l’assureur peut également investir sur d’autres types de fonds.

Les investissements obligataires restent la priorité des assureurs

Les investissements obligataires sont en général des obligations qui garantissent la sécurité du capital. Sur le marché de l’assurance-vie, l’assureur investit une majeure partie des fonds en euros dans les obligations afin de minimiser les risques qu’il encourt.

D’après une étude récente effectuée par un courtier en assurance, 92% du marché de l’assurance-vie concernent les fonds en euros classiques. Dans ce contexte, c’est à l’investissement obligataire que s’adresse plus de 80% des fonds dont plus de la moitié va à la destination des obligations d’entreprises dans le secteur financier.

Les autres placements, les actions et l’immobilier ne représentent qu’une infime partie. Par ailleurs, contrairement à ce que laissent entendre certaines affirmations, les fonds investis dans les titres d’état ne s’élèveraient qu’à 35% du portefeuille obligataire parce que les assureurs préfèrent investir dans les autres placements.

Les autres types de fonds proposés par les assureurs

Les assureurs diversifient leurs offres dans le cadre de l’assurance-vie. Les fonds en euros immobiliers, par exemple, ont connu une baisse considérable au cours de l’année 2016 alors que l’immobilier représentait plus de 50% de l’investissement les deux années précédentes.

Pour valoriser les actions, certains assureurs proposent des fonds en euros dynamiques qui constituaient 18,1% des actifs au cours de l’année 2016. Il y a également les fonds en euros retraite qui donne à l’assureur la possibilité d’investir à long terme. Ainsi, ce type de fonds privilégie l’immobilier et les actions.

Les risques relatifs à ces autres types de fonds en euros sont plus accentués. En fait, il n’y a que les fonds en euros classiques dont la majorité est investie dans les obligations qui présentent moins de risques pour l’assureur.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ce dernier minimise les autres investissements. Il est primordial de veiller à ce que le capital du souscripteur soit en sécurité, car sinon, c’est l’assureur qui en assumerait les conséquences.

A découvrir également

  • Hausse des taux : pas de panique !
    24/06/2022
  • Les épargnants digitaux surveillent mieux leur assurance vie
    24/06/2022
  • Viser plus de 5% par an, même en cas de nouvelle baisse ?
    21/06/2022
  • Les frais comme principal critère de choix des contrats d’épargne digitaux
    21/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt