mercredi29mars
Une professionnelle de l'assurance en train d'expliquer les termes du contrat à un couple

Face au déclin des fonds en euros, les assureurs tentent par tous les moyens d’inciter les épargnants à se tourner vers les unités de compte (UC), des supports plus dynamiques mais à risque et qui ne comportent aucune garantie en capital. Dans cette initiative, les professionnels de l’assurance vie sont loin d’être à court d’idée.

Les assureurs se démènent pour inciter les détenteurs d’un contrat d’assurance vie à s’orienter vers les supports en unité de compte (UC) et se détourner des fonds en euros. Ces supports sont plus dynamiques, plus risqués et n’ont aucune garantie sur le capital.

Il faut dire que les professionnels de l’assurance vie qui se sont lancés dans cette initiative ne sont pas à court d’idées.

Si certains ont décidé de limiter l’accès aux fonds en euros ou d’augmenter les frais de versement, d’autres ont opté pour l’octroi d’un « bonus » consistant à octroyer une majoration sur le rendement des fonds en euros des épargnants qui décident de diriger une partie de leur épargne vers les unités de comptes (UC).

La limitation de l’accès aux fonds en euros

Pour inciter les détenteurs de contrat d’assurance vie à s’orienter vers des supports en unités de compte (UC), certains assureurs ont opté pour la limitation de l’accès aux fonds en euros.

D’après ces derniers, les épargnants sont aujourd’hui obligés d’orienter une partie de leurs versements vers les supports d’unités de compte (UC).

C’est l’avis de Spirica, la filiale du Crédit agricole, qui propose depuis fin 2016 des contrats en ligne comme « Mes-placement Liberté » et « Patrimeanetlife » distribués respectivement par les sites Internet mes-placement et patrimea, qui exigent qu’au moins 25% des versements soient investis en UC dès le 1er euro de versement.

Ou encore Apicil Assurances avec ses contrats « Frontière Efficiente », « Linxea Zen » et « Bourse Direct Vie » distribués respectivement par les sites Internet monfinancier, linxea et boursedirect, dont l’accès au fonds en euro ApicilEruo Garanti exige un investissement minimal de 30% en UC.

Bonus de rendement en cas d’investissement en UC

Toujours dans cette stratégie qui consiste à inciter les épargnants à se détourner des fonds en euros, d’autres assureurs attribuent un bonus de rendement en cas d’investissement en UC.

Les conditions d’accès à ce bonus sont variables selon les contrats.

Par exemple, le système de Bonus Euro+ d’Axa France attribue une majoration de +0,10% à la rémunération du fonds en euros à condition qu’au moins 35% de l’épargne du contrat soit investi en UC autres que des UC monétaires. Et pour obtenir le bonus maximum qui est de +0,35%, le contra devra être en gestion pilotée, avec une part d’épargne investie en UC qui doit être égale ou supérieure à 40%.

Il en est de même chez Groupama, avec la majoration de +0,10% si la part d’épargne investie en UC est d’au moins 10%. Le bonus peut même aller jusqu’à 1% si plus de la moitié de l’encours du contrat est investi en UC.

Augmentation des frais sur versement

La dernière stratégie visant à inciter les clients à se positionner sur les supports en UC est l’augmentation des frais sur versement.

Cette stratégie récente a été initiée par la Mutuel d’assurance dédiée aux professionnels de santé (MACSF) vis-à-vis de son contrat RES monosupport dont les frais sur versement qui étaient de 1% vont passer à 3% à partir du 1er juin 2017.

C’est une façon d’orienter les épargnants vers son contrat RES multisupport avec des frais sur versement qui restent fixés à 1%.

Avec une telle pénalisation, les épargnants ont tout intérêt à transformer leur contrat d’assurance vie en multisupport. Avec ce transfert qui est sans frais, l’épargnant récupère son antériorité fiscale, mais il est exigé que 20% de l’épargne en compte soit investi en UC.

A découvrir également

  • 2021 marque le regain de forme de l’assurance-vie
    19/01/2022
  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt