jeudi09mars
Icones relatant l'assurance de la vie d'une ou de plusieurs personnes

Boudées par les Français depuis un bon moment, les unités de compte des contrats d’assurance-vie ont vu leur cote grimper. En janvier dernier, près d’un quart de la collecte en assurance-vie s’est en effet dirigée vers ces supports à risque alors que l’année dernière, cette part était de 20%.

Contrairement aux Anglo-saxons, les Français redoutent les placements à risque. Depuis quelques années, les ménages français se détournent en effet des placements en actions au profit des produits d’épargne sans risque.

Pressés par les banquiers et les assureurs, ils tendent néanmoins à se lancer davantage dans des produits et supports d’investissement un peu plus risqués. Le changement de comportement se reflète notamment à travers les contrats d’assurance vie.

Depuis quelques mois, les assureurs-vie dissuadent les épargnants d’investir sur les fonds en euros et de placer leur argent sur les supports en unités de compte (UC). Pourquoi ? Parce que le fonds en euros (à capital garanti) rapporte de moins en moins tandis que les unités de compte (plus risquées) servent des rendements intéressants.

Une accélération du mouvement en janvier 2017

Jusqu’en décembre 2016, cette incitation des ménages à mettre du risque dans leur assurance-vie n’avait eu qu’un effet limité. L’année dernière, la majorité des contrats souscrits affichaient en effet une proportion de 80% pour les fonds en euros et de 20% pour les unités de compte. Depuis 2013 où elle était de 13%, la part des UC a ainsi légèrement augmenté (une progression de 7% sur trois ans).

Au mois de janvier 2017, la situation s’est néanmoins améliorée. Les statistiques montrent en effet qu’au début de l’année, les Français ont alloué 24% des sommes investies aux unités de compte (une progression de 4% sur une année).

Chez les réseaux de distribution d’assurance, le mouvement a été amorcé plus tôt. En 2016, certains contrats d’assurance-vie signés chez Axa France, entre autres, affichaient déjà une proportion de 35,6% pour les unités de compte. N’arrivant pas à convaincre les épargnants aux moyens relativement limités de prendre des risques, les grands réseaux bancaires sont à la traîne.

Les catalyseurs du changement de comportement

Les spécialistes estiment que les Français deviennent davantage enclins à orienter leur épargne vers les unités de compte des assurances-vies pour deux raisons : la stabilité des marchés boursiers et le recul du taux de rendement des fonds en euros.

Affichant une certaine volatilité tout au long de l’année, les marchés boursiers finissent 2016 avec une stabilité. Relativement rassurés par cette situation, les épargnants semblent plus prédisposés à investir dans les unités de compte.

Outre cela, l’annonce d’une baisse considérable de la rémunération des fonds en euros, qui a déjà fléchi sous les 2% l’année dernière, poussent les épargnants à opter pour les unités de compte.

Ces deux éléments expliquent en grande partie la hausse à 25% de la part d’unités de compte dans les contrats d’assurance-vie. Toutefois, ce niveau ne satisfait pas encore les assureurs et les banquiers si bien qu’ils envisagent d’aller bien au-delà.

A découvrir également

  • Comment transférer le capital d'un vieux contrat d'assurance-vie peu performant ?
    27/09/2022
  • Assurance vie : comment faire le bon choix entre sortie en rente ou en capital au moment de la retraite ?
    15/09/2022
  • L’assurance-vie maintient le cap malgré les tourments du marché
    13/09/2022
  • La remontée des taux relance la compétition entre les placements préférés des Français
    8/09/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt