vendredi03novembre
Une famille

Le nombre de seniors français qui optent pour l’assurance-vie augmente de façon exponentielle. Ce placement offre en effet de nombreux avantages fiscaux ainsi qu’une protection financière des bénéficiaires. Encore faut-il prendre les bonnes précautions, pour que ces avantages s’adressent réellement vers leurs enfants et petits-enfants. Voici quelques conseils pour prendre correctement ses précautions.

Le recours à l’assurance-vie intéresse de plus en plus de seniors français. En tant qu’héritage, ce placement est le plus avantageux dans le domaine de la succession, comparé notamment à un livret d’épargne. Il permet surtout aux héritiers de se constituer une provision pour payer les impôts liés à la succession.

Toutefois, des précautions sont de mise pour éviter de désavantager les bénéficiaires. Cela commence par le choix du bon moment pour la conclusion du contrat vie, la rédaction de la clause bénéficiaire jusqu’à la gestion et le suivi du contrat.

En cas de doute, mieux vaut s’adresser à un assureur de confiance, car toute fraude ou tentative de fraude est passible de conséquences lourdes pour les héritiers.

Pourquoi souscrire à un contrat vie ?

L’assurance-vie est considérée comme étant un acte de prévoyance et de « bienveillance », du fait qu’elle permette de bénéficier d’un régime fiscal avantageux comparé à celui de la succession proprement dite. En effet, léguer son patrimoine est un acte imposable et il arrive que les bénéficiaires n’aient pas les moyens nécessaires pour payer les impôts afférents à la succession.

L’assurance-vie se présente comme une solution pour constituer une provision. Il est, en effet, possible de transmettre à chacun de ses héritiers jusqu’à une somme de 152 500 euros, exonérée d’impôt.

En outre, ce type de placement est plus avantageux qu’un livret épargne. Effectivement, ce dernier n’est crédité que de 2,75% d’intérêt, alors qu’en assurance-vie, le taux est d’environ 4% pour les fonds en euro.

Certains pièges sont pourtant à éviter pour les grands-parents qui y ont recours comme cadeau de bienvenue à leurs descendants. La première précaution à prendre est de vérifier les taux de redistribution appliqués par l’assureur. Les taux légaux sont d’au moins 85% des bénéfices générés. Pareillement, les sommes investies seront soumises aux droits de succession si les primes sont manifestement exagérées.

À préciser que toute tentative de fraude à l’assurance engage des procédures judiciaires, qui ne feront que désavantager les héritiers.

Quant à la clause bénéficiaire, il est nécessaire qu’elle soit sans équivoque, pour n’exclure personne du contrat. Si besoin est, mentionner le nom des enfants et/ou petits-enfants est l’idéal.

Le moment opportun pour souscrire à un contrat vie

Si un senior désire constituer un actif conséquent pour ses descendants, il est important de s’y prendre le plus tôt possible, notamment s’il désire que ces derniers en bénéficient dès leur majorité.

Ainsi, de plus en plus de grands-parents y ont recours dès la naissance de leurs enfants et petits-enfants, ou avant que ceux-ci n’aient 10 ans. Précisons que comme un contrat d’assurance vie est une épargne à long terme, ses avantages fiscaux ne sont intéressants qu’après 8 ans d’ancienneté.

Dans cette optique, il est conseillé d’y souscrire avant les 70 ans. À compter de cet âge, le régime fiscal est moins intéressant, surtout au niveau des bénéficiaires. En effet, ces derniers ne bénéficieront que d’un abattement de 30 500 euros.

Quant à la gestion du contrat, mieux vaut éviter un assureur aux frais de gestion trop onéreux. Certains établissements proposent des droits d’entrée très attractifs, mais se rattrapent sur les frais de gestion.

En outre, en cas de besoin urgent, il est préférable de demander des avances plutôt que de faire des retraits, qui risqueraient de réduire les chances de constituer un actif conséquent pour les bénéficiaires.

A découvrir également

  • Les fonds long / short : la solution idéale lorsque les marchés sont instables ?
    28/06/2022
  • Assurance vie : attention à bien rédiger la clause bénéficiaire
    28/06/2022
  • Les régulateurs financiers alertent sur l’écoblanchiment des assurances vie
    27/06/2022
  • Les assureurs vie face au dilemme de la remontée des taux
    27/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt