Les Français affluent vers l’assurance-vie pour se consoler de leur désenchantement

Affluence français vers assurance vie

Pour la deuxième fois cette année, l’assurance-vie a affiché une collecte nette des plus élevée en octobre dernier. Ce qui n’est plus une surprise pour ce mois qui est généralement favorable pour ce placement. Sauf qu’en comparaison à l’année dernière, les résultats semblent éloquents. La dégradation des rendements de certains de ses supports n’impacte en rien sur son taux d’attractivité.

Blasés par la réforme fiscale, mise en vigueur en début de cette année, qui a en quelque sorte effrité le rendement de certains PEL (plan d’épargne logement). Déçus par le gel de la rentabilité du Livret A qui sera fixé pendant quatre années supplémentaires à un taux qui n’arrive même pas à couvrir l’inflation, les Français se tournent vers l’assurance-vie qui voit ses chiffres rebondir au mois d’octobre 2018.

Avec une deuxième meilleure collecte cette année et un cumul positif d’une vingtaine de milliards d’euros, le doute ne plane plus sur la reprise de ce placement. Certes, octobre est généralement une période de rebond pour les assureurs vie, mais leurs résultats ont été même nettement plus brillants par rapport à l’année dernière, en glissement annuel.

Une situation qui profite à l’assurance-vie

Ces derniers temps, le Livret A, numéro un dans le cœur des épargnants, a quelque peu perdu son charme. Il faut dire que sa rémunération à 0,75% y est pour quelque chose, car même si les intérêts qui y sont engendrés sont exonérés d’impôts, ils n’arriveront pas à combler les pertes découlant de la hausse des prix à la consommation estimée à 2,2% sur un an. D’autant plus qu’il est de notoriété publique que le rendement de cette solution d’épargne n’aura droit à aucune révision qu’à partir de 2020.

Certes, les contrats vie subissent aussi les mêmes contraintes à cause de la baisse continuelle de la rentabilité de ses supports sécurisés que sont les fonds en euros. À hauteur de 1,8% l’année dernière, elle pourrait diminuer jusqu’à 1,6% en 2018. Du moins ce qu’a révélé le prescripteur GVfM (Good value for money) sur son site web.

Mais les Français continuent toutefois à les apprécier. Au détriment du Livret A qui n’a pu atteindre que 50% des fonds cumulés de l’assurance-vie depuis janvier à octobre, à raison de 8,87 milliards d’euros. Sa collecte nette se trouvait même à 2,06 milliards d’euros en-dessous de zéro au dixième mois de l’année.

Dans son communiqué, le directeur du Cercle de l’épargne, Philippe Crevel, a également souligné qu’un tel rebond s’explique par le délaissement des épargnants envers certains supports. Selon lui :

L’assurance vie bénéficie du désintérêt des ménages pour le Plan d’épargne logement, dont la collecte est faible depuis 10 mois. Elle profite également du moindre engouement pour l’immobilier, en particulier pour le neuf.

Philippe Crevel

Un retour en forme spectaculaire

2,5 milliards d’euros, c’est la collecte nette qu’ont réalisée les pourvoyeurs de contrat assurance vie au mois d’octobre dernier. Soit une majoration de 32% en comparaison de celle d’octobre 2017. À en croire les statistiques portant sur les performances de ce placement depuis le début de l’année, c’est son deuxième meilleur mois. À savoir que juillet a aussi été le théâtre de son dynamisme, avec un dépôt net de 2,6 milliards d’euros.

C’est le signe d’un nouveau départ fort prometteur pour les acteurs du secteur, car il faut dire que la progression est des plus spectaculaire. La collecte nette des dix premiers mois de l’année n’ayant même pas dépassé les 10 milliards d’euros en 2017 (8,4 milliards plus précisément) alors qu’elle s’établissait à 20,3 milliards en 2018.

Archives

Back to top