mardi13mars
Des personnes en pleine gestion de l'assurance

Les contrats d’assurance-vie en euros offrent une garantie au capital investi, tout en se démarquant par leur rentabilité. En effet, ils rapportent en moyenne 1,5 à 1,6%. L’année dernière, les épargnants ont délaissé ce type de placement, étant donné la rétrogradation de son rendement. Ses détenteurs ont vu leur pouvoir d’achat s’amenuiser à cause de la remontée de l’inflation.

Avec une rémunération de 1,6% en moyenne, l’assurance-vie en euros est qualifiée de placement le plus rentable sur le marché. Quoique la performance de ce support sécurisé soit affaiblie par l’inflation, estimée à 1,2%, d’autant plus que les contributions sociales seront aussi déduites des intérêts générés.

Quoi qu’il en soit, il existe plusieurs supports financiers intéressants qu’un souscripteur de contrat vie peut choisir, entre autres les fonds à dominante immobilière, et ceux jugés opportunistes ou dynamiques. Toutefois ces investissements impliquent plus de risque à l’épargnant. Les supports en unités de compte sont aussi des alternatives pour les assurés qui acceptent la prise de risque afin d’obtenir plus de profits.

Les alternatives aux supports en euros classiques rapportent plus

En plus d’être sécurisé, un contrat vie en euros est aussi le plus rentable des placements financiers. En effet, son rendement moyen tourne autour de 1,5% à 1,6% quoique certains assurés arrivent à obtenir une rémunération supérieure à 2%.

Le groupe Monceau, par exemple, propose à ses clients son contrat Dynavie qui rapporte 2,80% des fonds investis. Toujours est-il qu’en 2017, ce produit d’épargne a déçu les Français, à cause de son rendement mis à mal par l’inflation de 1,2% et les prélèvements sociaux.

Ce n’est cependant pas une raison pour se détourner de l’assurance-vie, car elle présente quand même une fiscalité avantageuse. De plus, les investisseurs ont la possibilité de diversifier leurs supports financiers. Les autres options ne sont pas forcément aussi sécurisées qu’un contrat en euros, mais elles peuvent générer plus de profits.

Les supports en euros « alternatifs » se distinguent aussi par leur performance, notamment ceux liés à l’immobilier comme le contrat Sérénipierre de Primonial et Suravenir. Investi à 80% dans des biens immobiliers, il est rémunéré à 3,40% en 2017. Les contrats Innovalia de Generali et Europierre de CD Partenaires le suivent de près, avec 2,5% de rentabilité.

Plus de rentabilité implique plus de risques

En assurance-vie, si l’on veut gagner plus, il faut accepter de prendre quelques risques. C’est ce qui se passe avec les fonds en euros opportunistes et les fonds dynamiques qui garantissent le capital, mais peut ne rien apporter quand les marchés n’ont pas été favorables.

La première option permet d’investir librement, telle que le fonds Euro Allocation Long Terme de Spirica qui a rapporté 3% l’année dernière. Le second propose à l’assuré de diversifier ses actions, à l’instar du fonds eurodynamique de Primonial et Oradéa, dont le rendement s’élève à 4,05%.

Quant aux fonds eurocroissance, ils sont dédiés aux investisseurs qui ont un profil prudent alors que l’épargne ne sera garantie qu’au bout de 8 années de placement. Ils ont rapporté, en revanche, jusqu’à 3,84% chez Bred Banque populaire en 2017. Les assureurs Agipi, Axa et Afer proposaient aussi des taux intéressants, à savoir 3,80%, 3,25% et 2,82% respectivement.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos