jeudi21février
Booster épargne solidaire avec loi pacte

Bien que les Français soient de plus en plus nombreux à s’intéresser à l’épargne solidaire, elle n’a pas encore toute sa place au sein de l’assurance-vie. Or, il faut savoir que ce type de placement vise à mieux responsabiliser les épargnants, car en plus de la performance financière, il apporte plusieurs bienfaits en faveur de la société.

Donner du sens à son épargne, cet objectif est actuellement en vogue et semble capter l’attention des ménages français qui se ruent de plus en plus vers la finance responsable. Mais si cette dernière représente le tiers de l’épargne financière du pays, sa part au sein de l’assurance-vie est bien loin de toucher les 2%. Il est, de ce fait, très clair que les fonds solidaires sont encore marginaux chez les assurés.

Une tendance que le gouvernement entend améliorer par le biais de la loi Pacte qui obligera les assureurs à l’intégrer dans sa gamme de produits. Ainsi les fonds ISR (Investissement Socialement Responsable) et solidaires seront tous les deux présents dans tous les contrats vie d’ici 2022.

L’intégration des placements solidaires, bientôt obligatoire

35%, c’est la part que la finance responsable détient au sein du patrimoine financier global dans l’Hexagone. C’est la preuve que ce type de placement détient une place importante sur le marché. Elle commence aussi à prendre de l’ampleur au niveau de l’épargne salariale, à en croire le volume d’investissement qui y est destiné, s’élevant à hauteur de 10%.

Ce dynamisme s’explique par l’obligation légale de l’intégration d’un fonds solidaire dans les PEE (Plans d’épargne entreprise), et ce depuis plus de huit ans déjà qui a conduit à la recrudescence des demandes.

C’est ce même engouement qu’espère l’État en exigeant aussi, à travers la loi Pacte, des établissements d’assurance-vie la présentation d’un support responsable dans leurs contrats. En effet, les fonds y afférents ne représentent que 2% des encours, car seule une poignée de compagnies mutualistes et d’assureurs, telle que Carac ou Crédit Agricole, le proposent.

Ainsi, le dispositif fera en sorte de mettre à la disposition de tous les assurés un fonds ISR d’ici 2020, et un fonds solidaire à l’horizon 2022. La raison de ce décalage calendaire serait tout simplement d’empêcher qu’une hausse démesurée de ces supports sur le marché des OPCVM (Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières).

Différencier les ISR des fonds solidaires

Investir une partie de son patrimoine dans la finance responsable est la meilleure façon de contribuer aux projets à fort impact social ou environnemental. Choisir des fonds ISR ou solidaires pour son investissement permettra alors d’y parvenir, d’autant plus que d’ici trois ans ceux-ci seront présents dans tous les contrats visibles auprès d’un comparatif assurance vie.

À préciser que la somme dédiée à l’Investissement Socialement Responsable, départagée en deux catégories, est placée de telle façon qu’ils respecteront certains critères environnementaux, sociaux, éthiques et de gouvernance.

À savoir que les fonds « best effort » privilégient le profil le plus éloquent, peu importe le secteur où il s’exerce. Quant à ceux qualifiés « d’exclusion », ils sont plus sélectifs, les producteurs d’alcools, de tabacs, d’armes et bien d’autres encore n’étant pas admis.

Pour ce qui est de l’économie solidaire, les actions d’entreprises non cotées sont ses supports de prédilection si bien que 5 à 10% des fonds y sont investis. Puis, l’investisseur s’engage à attribuer, sous forme de dons, le quart des intérêts générés auprès d’une association qu’il aura choisie.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos