Le gouvernement fait tout son possible pour promouvoir l’Eurocroissance

Souhait gouvernement de promouvoir eurocroissance

L’aversion au risque des Français n’est plus à redire. Rien d’étonnant alors à ce qu’ils se ruent vers des actifs traditionnels qui offrent plus de garanties. Ces types de placement sont toutefois peu rentables, et la reprise de l’inflation n’arrange pas la situation. C’est là que les fonds Eurocroissance, troisième pilier des contrats vie, entrent en jeu. Un support qui bénéficie en plus du coup de pouce de l’État.

Un décret, promulgué en 2016, permet aux compagnies d’assurances de soutirer une partie des plus-values latentes provenant des contrats vie en euros au profit des fonds eurocroissance. Cette décision gouvernementale a pour objectif de décupler le volume d’investissement dans ce support. Il se trouve, en effet, que ce dernier, lancé sur le marché de l’épargne depuis plus de quatre ans, est destiné au financement de l’économie réelle de la France.

Mais alors que ce placement se présente comme étant une alternative intéressante pour les contractants en assurance-vie qui veulent conjuguer en même temps rentabilité et sécurité, il n’a pas reçu jusqu’ici l’effet escompté.

Ainsi, dans le but de booster davantage ses performances, le transfert de profits se poursuivra encore pendant les trois années à venir.

Une solution équilibrée qui pourrait remplacer le support en euros

Le comportement d’épargne des Français reflète ouvertement leur appréhension face au risque. En effet, leurs placements favoris sont essentiellement ceux dont le capital est garanti, tels que :

  • L’assurance-vie, qui dispose d’un encours de 1 700 milliards d’euros ;
  • Les comptes à vues, qui détiennent des fonds à hauteur de 440 milliards d’euros ;
  • Le Livret A, qui arrive à collecter jusqu’à 220 milliards d’euros.

La situation actuelle semble toutefois pénaliser cette préférence, si l’on ne tient compte que de la remontée des prix à la consommation et celle de la contribution sociale généralisée (CSG), de la faiblesse des taux qui impactent grandement sur le rendement réel de ces produits. Dans la même foulée, l’État veut promouvoir les autres supports qui ont des influences sur l’économie du pays.

C’est ainsi que l’Eurocroissance a vu le jour il y a plus de quatre ans. D’un côté, ce troisième pilier de l’assurance-vie est une alternative aux contrats en euros, car il offre une garantie partielle ou intégrale (de 80 à 100%) du capital, les frais étant exclus. À condition toutefois de n’effectuer aucun retrait durant les huit premières années après la souscription.

Réorienter l’épargne des Français vers le financement de l’économie

Destiné à prendre le pas sur le fonds euros, le contrat Eurocroissance reste cependant moins attirant aux yeux des épargnants. L’attentisme de ces derniers s’explique par le manque de liquidité de ce support. Un désagrément qui pourrait être corrigé si l’État y met du sien, car la rémunération de ce dernier ne se démarque pas suffisamment des autres placements en assurance-vie.

Et c’est justement ce que le gouvernement a fait en donnant droit aux assureurs de piocher dans les plus-values découlant des contrats en euros pour booster leurs performances. À noter que les distributeurs mettent en réserves une partie des profits générés par les fonds en euros qui vont leur servir de coussin de sécurité en cas de choc financier.

Et pour marquer davantage son coup de pouce, l’État, à travers la loi PACTE, prévoit de prolonger cette possibilité pour trois ans. Cette décision a été rendue officielle depuis le 29 décembre 2018, à l’issue d’un décret paru dans le journal officiel. À préciser toutefois qu’une obligation d’information de leur clientèle est imposée légalement aux assureurs pour toute opération de transfert.

Archives

2019 2018 2017 2016

Découvrez les meilleurs contrats d’assurance vie en quelques clics !

Je compare les assurances vie

Découvrez les 5 contrats d'assurance-vie à la une ! Demande de documentation gratuite et sans engagement.
Offres promotionnelles soumises à conditions (*).

Binck Vie GENERALI VIE
Jusqu'à 150 € offerts jusqu'au 31/12/2019
Sélectionner Sélectionné
Digital Vie Suravenir
Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 31/03/2019
Sélectionner Sélectionné
Gaipare Selectissimo Allianz Vie
Sélectionner Sélectionné
Mes Placements Retraite Suravenir
Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 30/04/2019
Sélectionner Sélectionné
Mes-Placements Liberté Spirica
Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 30/04/2019
Sélectionner Sélectionné
(*) Le détail exhaustif des conditions de ces offres promotionnelles est disponible sur notre page des offres promotionnelles.
Back to top