Le modèle de contrat vie axé sur le numérique doit se performer pour attirer davantage d’épargnants

Modèle contrat vie en numérique pour performance

Les activités en ligne démontrent de plus en plus de performance. Ainsi, ce n’est pas un hasard que l’assurance-vie gagne de l’ampleur au niveau d’une grande partie d’investisseurs. Toujours est-il que le nombre des personnes réticentes par rapport à cette idée est non négligeable. De ce fait, les acteurs ont encore quelques marches à gravir avant d’atteindre l’ensemble du marché.

Les offres assurantielles présentées via le Web ne sont pas encore au stade où toutes les souscriptions sont axées dans ce sens. Certes, les souscripteurs optant pour cette alternative sont nombreux. Par surcroît, les caractéristiques de cette pratique présentent une poignée d’avantages pour les détenteurs de placement. Mais la méfiance exprimée à son égard reste, encore, assez grande.

De ce fait, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour dissiper les doutes à l’adresse des assureurs. Le fait est que le secteur a une nature risquée. Avec les enjeux apportés par l’internet, on ne peut que comprendre l’hésitation de plus d’un. Reste qu’il s’agit d’une opportunité tant pour les entreprises que pour les investisseurs.

Le digital plaît pour sa praticité

De prime abord, les avantages d’une approche virtuelle se concentrent sur l’étendue des technologies qui entrent en jeu. Ce sont les facteurs favorisant sa performance, principalement, au niveau du rapport qualité et prix.

En conformité avec les résultats de l’étude menée par Kantar, les cotisants dans le cadre d’un contrat assurance vie en ligne bénéficient d’un rendement plus important, comparés aux autres. Plus précisément, 54% d’entre eux affichent une fortune évaluée à plus de 75 000 euros. C’est un constat réalisé sur les 23% d’investisseurs présentant le même cas, cela, dans tout le secteur.

En outre, la gestion devient plus simple dans le cadre d’un exercice à distance. Ce qui fait que 42% des souscripteurs utilisant le canal numérique affirment leur indépendance contre 26% pour les détenteurs d’une convention classique.

Il reste une grande part à gagner

En dépit du fait que l’engagement à une formule appliquée sur le net ait triplé au cours des dix dernières années, il est encore loin d’atteindre tout le public. En cause, 38% des inscrits habituels se méfient d’un éventuel handicap de ce système, notamment au niveau de sa sécurité.

Alors qu’une fois décidés, les affiliés sont loin d’éprouver cette appréhension. En effet, seulement 1% de ceux qui sont en connaissance de cause se sentent en danger. À côté, cela est compensé par le pourcentage des adhérents affirmant la simplicité de cette approche. Il s’avère que 55% de tous les clients en ligne pensent ainsi.

Par rapport à ce fait, il faut dire que les acteurs doivent concocter de nouvelles tactiques pour inspirer la confiance auprès de toutes les cibles.

Archives

Back to top