Les investisseurs en assurance-vie peinent à avoir des résultats performants

Difficulté résultats assurance vie

Si un grand nombre de Français sont de plus en plus séduits par les divers supports intégrant un contrat d’assurance vie en raison du faible rendement des fonds en euros, cette diversification de placement n’est pas pour autant sans risque. Bien que le marché fasse place à plusieurs alternatives, il est difficile pour les épargnants de faire le tri compte tenu des contraintes et des enjeux à prendre en compte.

Dans le cadre d’un contrat vie, les assureurs et les assurés cherchent le meilleur moyen de booster leur intérêt. À première vue, les fournisseurs s’en sortent dans tous les cas. Par contre, la situation n’est pas aussi facile du côté des investisseurs.

À commencer par la nature des placements, ces derniers galèrent dans la détermination des supports les plus adaptés aux conditions dans lesquelles ils se trouvent.

À cela s’ajoute la gestion des actifs qui requiert du temps et des connaissances particulières. Les bonnes stratégies à adopter pour avoir des rendements compétitifs ne s’acquièrent pas du jour au lendemain. C’est pourquoi confier la gouverne à un acteur professionnel se présente comme étant la meilleure des solutions.

Rehausser le pouvoir d’achat en prenant des risques

L’année 2018 n’est sans doute pas la meilleure pour les détenteurs de contrat vie. Entre les taux relativement faibles et l’insécurité des placements, il est clair que le rendement connaît une chute monumentale. L’inflation presque ingérable mène à une baisse du pouvoir d’achat des concernés. Alors que les assurances vies doivent produire l’effet contraire.

Pour que la situation tourne à l’avantage des épargnants, des tactiques bien plus stratégiques sont nécessaires. Il serait moins bénéfique de se focaliser sur un fonds en euros classiques au lieu d’opter pour un placement dans différentes unités de compte. Encore faut-il réussir à faire fructifier tous les actifs. D’où la remise en question des investissements à long terme.

Ces derniers sont plus avantageux à condition d’accéder à un contrat parfaitement en adéquation à son profil. Certes, des risques sont liés à cette option, mais un panel de solutions est disponible pour y pallier. Toutes se concentrent sur le mode de gestion.

À la limite, se faire une place parmi les investisseurs en fonds patrimoniaux pourrait fonctionner. Mais même dans ce cas, maîtriser la fluctuation du rapport entre le rendement et le risque demeure une obligation.

Davantage d’investissements pour une meilleure gestion

Peu importe le placement sélectionné, une gestion adéquate au profil du contractant contribue au rendement du contrat. Cependant, force est de constater que le coût de cette prestation n’est pas sans répercussion au portefeuille de l’épargnant. Depuis les banques classiques jusqu’aux nouvelles formes d’institutions financières, le tarif peut aller jusqu’à 3% annuellement.

À ce rythme, le détenteur va finir avec une créance inimaginable au début de sa retraite. Pour obvier à cela, beaucoup se laissent tenter par la gestion pilotée ou la gestion sous mandat. Ainsi, les actifs sous arbitrages sont plus susceptibles de porter leurs fruits.

Mais le choix du mode de gestion idéal ne se fait pas à la légère. Outre la performance, d’autres critères entrent en jeu. Face au marché continuellement en mouvement, les plus-values boursières peuvent ne plus être aussi avantageuses. Sauf avec un gestionnaire en mesure de maintenir l’équilibre entre tous les supports. Qui plus est, capable de mettre les gains de l’investisseur en sécurité.

Mais par-dessus tout, l’intérêt des épargnes en assurance-vie est de pouvoir augmenter les résultats au fur et à mesure que l’investissement avance. Et cela requiert une connaissance approfondie du marché. Compte tenu de toutes ces attentes, déléguer la gestion de son contrat à un prestataire revient plus onéreux.

Archives

Back to top