Comme la pierre, l’or détient aussi une place importante au sein de l’épargne française

Pierre or placement importante dans l'épargne

La conjoncture actuelle de crise sociale et politico-économique, dans laquelle évoluent bon nombre de pays dans le monde, dont la France, suscite un climat d’incertitudes chez les épargnants. Pour protéger leurs économies, les Français se tournent vers les valeurs refuges, telles que les dépôts à vue et l’immobilier. Ces derniers temps, l’or gagne de plus en plus d’intérêt. Reste à savoir si ce placement aussi lucratif qu’il est sécurisant.

L’or se trouverait aujourd’hui en 4ème position dans le classement des placements priorisés par les Français, pour la sécurité qu’ils offrent aux fonds investis. Une tendance que les résultats de la dernière enquête d’OpinionWay ont démontrée. De fait, près des trois quarts des sondés ont déclaré qu’il s’agit d’une solution efficace pour préserver leurs richesses.

Si le métal jaune attire autant, c’est d’abord par pure tradition. Toujours est-il que le contexte actuel pousse les investisseurs à trouver des actifs peu (voire pas du tout) exposés aux risques. Mais s’il brille par la perspective d’une grande disponibilité des fonds, il est à préciser que sa valeur à la revente est pénalisée par un prix en recul et une taxation en progression.

Le contexte économique actuel est propice à la ruée vers l’or

Une étude menée par l’institut de sondages OpinionWay pour le site d’achat et de vente de pièce d’or AuCOFFRE, et révélée tout récemment au grand public que la détention du métal précieux est un moyen d’économiser efficacement, pour 73% des Français. Surtout à l’heure actuelle où le climat économique mondiale semble susciter des inquiétudes :

  • L’essor des extrémismes en Europe ;
  • La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (Brexit) ;
  • La guerre commerciale qui sévit entre les États-Unis et la Chine, etc.

L’enquête a en effet fait entrevoir que si plus de huit individus sur dix (83%) s’inquiètent de la situation économique dans sa globalité, une proportion quasi similaire (78%) appréhende la tournure que cela prenne au niveau national. Plus de 70% des sondés ressentent d’ailleurs une nette détérioration de leur pouvoir d’achat au cours du dernier semestre.

Et si le renforcement de l’épargne est un recours pour le moins judicieux en ces périodes incertaines, la détention de métaux précieux, l’or en l’occurrence, devient de plus en plus plébiscitée. Les analystes ont même constaté que :

L'achat d'or continue à être perçu de manière positive (43%) et progresse (+3 points).

La pierre a la meilleure cote en matière de solution d’épargne chez les Français, s'ensuivent les assurances vies et l’approvisionnement quelque peu déraisonnable des comptes courants. L’investissement dans l’or a raflé la 4ème place dans le classement. Et il faut dire que tous les friands de la thésaurisation le trouvent attrayant, quelles que soient leur tranche d’âge et leur classe sociale :

  • 79% des foyers les plus aisés y sont attirés ;
  • 69% des ménages à revenus plus modestes aussi ;
  • 82% des seniors ;
  • 66% des moins de 50 ans.

Cette appétence ne devrait pas étonner les observateurs puisqu’il s’agit d’un vieil attachement qui se perpétue au fil des générations. À savoir, le magot accumulé par les Français sous forme de pièces d’or (Napoléons) ou de lingots est actuellement estimé à quelque 3 000 tonnes.

Ce placement ne génère pourtant pas d’intérêts, mais consiste tout simplement à préserver ses détenteurs en cas de coups durs. Et s’il est apprécié pour sa liquidité, il n’est pas à l’abri de certaines contraintes comme :

  • La hausse de sa fiscalité en cas de revente, à laquelle sont aussi soumis tous les métaux précieux (à 11%, voire 11,5% avec la CRDS contre 10% en 2018) ;
  • La baisse des cours depuis le début de l’année.

Archives

Back to top