mercredi29mai
Paramètres pour comprendre performance eurocroissance

La rentabilité passe en second plan pour la majorité des épargnants français, priorisant la sécurité de leurs fonds. Toujours est-il qu’une performance négative, comme celle affichée par bon nombre de contrats eurocroissances mène à réfléchir sur le devenir du placement. Les meilleurs jours pourraient pourtant bientôt revenir étant donné la reprise des marchés boursiers.

Les fonds eurocroissances sont censés offrir davantage de performance que leurs prédécesseurs, les contrats en euros classiques. Certes, ces derniers attirent les épargnants par la garantie du capital qui y est investi, mais ils se trouvent actuellement pénalisés par la baisse tendancielle de leur rentabilité.

L’année dernière a été cependant fort décevante pour les assurés qui ont opté pour les nouvelles enveloppes. Le fait est que la majorité d’entre elles ont vu leur rendement en deçà de zéro. Un phénomène qui s’explique par une exposition aux marchés des actions et la volatilité de ceux-ci.

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas lieu de paniquer, car la situation pourrait se retourner avec le rebond apparent de la Bourse.

Une enveloppe côtoyant des hauts et des bas

L’eurocroissance a vu le jour dans l’objectif de générer plus de profits aux détenteurs d’assurance vie qui veulent combiner sécurité et rentabilité. Quoiqu’il soit encore difficile d’être fixé par rapport à la performance de cette enveloppe, cette dernière étant lancée sur le marché depuis à peine cinq ans.

D’autant qu’il faut préciser qu’une certaine part des fonds est investie dans des actifs plus risqués, des unités de compte en l’occurrence, afin de rapporter plus que ceux placés en majorité dans des produits plus sécurisés, tels que les obligations d’État. Ainsi, si ce type de contrat peut profiter de la recrudescence des actions en Bourse, il s’expose également aux risques de repli.

Ce qui explique les fortes performances enregistrées au cours des premières années de lancement, dont la tendance s’est inversée l’année dernière. En effet, des pertes allant au-delà des 4% ont été enregistrées dans les bilans 2018 des assureurs vie. Tel a été le cas du contrat BNP Paribas Avenir Retraite (-4,82%), de Cardiff Diversifié et de Cardi Multiplus Perspective (-4,65%).

Des performances et des garanties qui ne sont pas forcément données

Même si la contre-performance a été au rendez-vous en 2018, il n’est pas nécessaire de changer tout de suite d’horizon. Le fait est que la donne pourrait encore changer, comme c’est le cas cette année où la Bourse a nettement rebondi.

Et si le marché se maintient, les fonds eurocroissances vont bientôt pouvoir revivre de meilleurs jours. D’autant plus que la loi Pacte, fraichement votée, vise à booster ce produit.

En attendant, il faut tout de même savoir que cette version 2.0 des fonds en euros classiques diffère largement de ces derniers, notamment sur son rendement, dont le taux communiqué ne correspond pas à celui réellement attribué. En effet, ceci est tributaire de plusieurs paramètres, outre la performance proprement dite, notamment :

  • La date de souscription ;
  • La durée du placement ;
  • Le niveau de garantie.

À savoir, ce support offre une garantie de capital à l’instar de son prédécesseur. Mais cette sécurité ne sera effective qu’au terme de l’engagement prédéterminé qui peut aller de 8 à 40 ans. Et encore, elle n’est pas forcément totale car peut varier entre 80% (pour les fonds croissance) et 100% (pour les eurocroissances). Aussi, peut-on s’attendre à des acquis inférieurs au capital investi en cas de retrait avant terme étant donné que c’est la valeur du marché à cet instant précis qui sera prise en compte pour le calcul des intérêts.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos