Les versements programmés sont une solution à la portée de tous les épargnants et qui a fait ses preuves pour générer du rendement sans se soucier des aléas boursiers, aussi bien à court qu’à long terme. Cette solution est connue de longue date par les plus avertis et présente de nombreux avantages pour tous les épargnants détenteurs d’une assurance vie. 2022 a été une année noire pour les marchés boursiers, mais qu’en est-il avec les versements programmés ? Et sur 10 ans ? C’est ce que l’on vous propose de découvrir dans cet article.

    Une solution adaptée aux marchés volatils

    L'investisseur qui achète des actions*, en direct ou en OPCVM (dont les unités de compte de l’assurance-vie), espère bien sûr acheter au plus bas et vendre au plus haut. Et être investi à 0 % en actions la veille d'un krach et repasser à 100 % au moment où les indices sont au plus bas, en sélectionnant les 3 ou 4 marchés qui performeront le mieux. C'est bien sûr une utopie.

    À ce titre, les chiffres de la FFA (Fédération Française de l'Assurance) sont éloquents. Ils montrent clairement que la part que les Français versent en unités de compte est plus élevée lorsque les marchés sont hauts, et plus faible lorsqu'ils sont à un point bas. Et si cette corrélation est un peu moins franche depuis 2020, c’est en grande partie parce que les assureurs exigent depuis plusieurs mois maintenant d’avoir une part minimale en unités de compte sur tous les versements.

    L’idéal est donc d’éviter les comportements moutonniers et d’investir quand les actions sont au plus bas. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire…

    Il y a une troisième voie, qui consiste à investir régulièrement, sans se préoccuper des niveaux de marchés : l'investissement régulier, par le biais de versements programmés, est une solution efficace pour atténuer les fluctuations boursières. En faisant des versements régulièrement, on achète parfois quand la Bourse est à un point haut et parfois quand elle est à un point bas (et parfois entre les deux). On se retrouve finalement avec un point d'entrée moyen « moyen ». On lisse ainsi les aléas de marché, mais on profite quand même de la tendance des actions* à long terme.

    En plus de lisser le point d’entrée, les versements programmés permettent de s’affranchir des actualités économiques, d’autant que nul ne sait où seront les taux dans dix ans, ou dans quelle situation économique nous évoluerons au niveau mondial dans quinze ans. La visibilité est comme toujours très faible mais historiquement, les actions constituent la meilleure solution pour générer du rendement sur le long terme. Enfin, il n’y aurait aucun intérêt à réaliser de tels versements programmés sur un fonds euros dans la mesure où le capital est garanti : les aléas des marchés boursiers sont déjà supprimés.

    Attention toutefois, l’utilisation des versements programmés est optimale à condition de ne pas subir de frais sur les versements. Et là, le bât blesse pour nombre de Français détenteurs d’un contrat bancaire chargé en frais : à chaque versement régulier, une partie de votre épargne ne sera pas investie. Résultat, le rendement de vos placements en pâtit.

    Heureusement, vous n’êtes pas contraint de supporter ces frais. Avec les contrats d’assurance vie de meilleurtaux Placement, vous investissez votre épargne sans frais d’entrée, ni de versement. Vous pouvez ainsi mettre en place des versements programmés dans les meilleures conditions. En outre, vous pouvez modifier, suspendre ou rétablir vos versements réguliers sans frais, en toute liberté. L’idéal pour votre épargne en somme.

    Avec Meilleurtaux Liberté Vie, vous pouvez réaliser des versements programmés en ligne, sans frais d’entrée ou d’arbitrage sur plus de 680 unités de compte *, dès quelques dizaines ou centaines d’euros.

    Découvrez notre assurance-vie sans frais d'entrée

    Limiter l’effet des baisses

    En 2022, les principaux indices boursiers ont subi de lourdes chutes, jusqu’à -33% pour le Nasdaq. Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle pour l’investisseur averti puisque les versements programmés permettent de lisser le point d’entrée des supports choisis, en les achetant notamment lorsque les marchés sont bas.

    Le PRU (prix de revient unitaire), autrement dit le prix moyen d’achat, est ainsi abaissé et devient attractif sur le long terme. Une année peut se révéler négative pour un indice boursier, mais positive pour l’investisseur averti. Prenons deux exemples récents, deux années négatives pour les marchés : 2020 et 2022.

    2020, l’année du Covid

    Prenons le cas de Monsieur Durand qui a investi 12 000 € sur le CAC 40 le 1er janvier 2020. Au 31 décembre 2020, son capital (hors dividendes) s’élevait à environ 11 027 €, soit une perte de 8,11%*.

    Prenons maintenant le cas de Monsieur Dupond qui a investi à partir du 1er janvier 2020, 1 000 € sur le CAC 40 tous les 1er de chaque mois.

    En faisant cela, cet investisseur achète le CAC 40 au-dessus de 6 000 points en début d’année, mais aussi lorsqu’il est sous 5 000 points après le krach et même un peu lorsqu’il est sous 4 500 points en avril et en mai. Au final, son point d’entrée moyen est très bas. Au 31 décembre 2020, son capital (hors dividendes) s’élève à environ à 13 383 €, soit un gain de 11,5 %*.

    2022, l’année de l’inflation et de la guerre en Ukraine

    Monsieur Durand a investi 12 000 € sur le CAC 40 le 1er janvier 2022. Au 15 novembre, son capital (hors dividendes) serait de 10 859 €, soit une perte de 9,51%*.

    En parallèle, Monsieur Dupond a investi à partir du 1er janvier 2022, 1 000€ sur le CAC 40 chaque mois. Ainsi, cet investisseur achète le CAC 40 au-dessus de 7 000 points en début d’année, mais aussi lorsqu’il est sous 6 000 points peu après l’invasion de l’Ukraine. Finalement, son point d’entrée moyen est abaissé. Au 31 décembre 2022, son capital (hors dividendes) s’élève à 12 074 €, soit un gain de 0,62 %*.

    Ce mois de janvier 2023 est marqué par un fort rebond des indices européens. En réalisant un treizième versement programmé, au 1er janvier, le capital de Monsieur Dupond s’élèverait à 14 206€ à la clôture du CAC40 le 25 janvier, soit un rendement de 9,28%* sur 13 mois.

    En somme, les versements programmés ont permis à Monsieur Dupond de se prémunir face aux aléas des marchés et même de générer du rendement en pleine tempête ! Pour investir sur le CAC 40 de manière régulière, il a opté pour un ETF, autrement dit un produit permettant de répliquer les performances de l’indice français en toute simplicité et à moindres frais.

    Découvrez notre contrat avec un ETF CAC 40

    Quelle performance sur le long terme ?

    Quel serait le résultat d’un versement programmé mensuel sur plusieurs années ? Nous avons calculé le retour sur investissement de 100€ placés sur le CAC 40, chaque mois, depuis le 1er janvier 2013. Au total, 12 000 € auraient été investis, jusqu’à décembre 2022.

    Cet investissement mensuel n’a bien sûr pas la même conséquence quand le CAC 40 cote 3 200 points en janvier 2012 ou plus de 7 000 points en novembre 2021. Lorsque le CAC est bas, ces 100 € permettent d’acheter plus d’actions. Ainsi, grâce à cet effort constant, l’investisseur n’achète pas tous les mois la même quantité d’actions.

    Sur 10 ans, un investisseur qui aurait versé 100 € par mois sur le CAC 40 aurait obtenu un rendement annuel de plus de 5 %*.

    Et pourtant, bien des crises ont eu lieu depuis janvier 2012… La Bourse a été particulièrement chahutée à bien des moments, mais les versements programmés permettent justement de se prémunir de ces aléas.

    Qu’en est-il du S&P 500 ? Sur le principal indice boursier américain, un tel versement programmé de 100€ réalisé tous les mois aurait permis de générer un rendement annuel de plus de 8,50 %* en moyenne sur dix ans.

    Découvrez notre contrat avec un ETF SP 500

    Des versements programmés efficaces

    Quels supports d’investissement privilégier pour réaliser des versements programmés ? Pour reprendre nos précédents exemples, investir sur le CAC 40 de manière régulière peut se faire avec un ETF.

    L’investisseur averti cherchera toutefois à diversifier son portefeuille via plusieurs supports d’investissement. Inutile pour autant de choisir des dizaines de fonds. Quelques-uns, de grande qualité, suffisent à bien diversifier l’allocation tout en cherchant à générer du rendement sur le long terme, via les versements programmés. Le versement mensuel pourrait par exemple être divisé sur quatre grandes régions de la manière suivante :

    • L’Europe, avec 40% du versement mensuel
    • Les États-Unis, avec 30%
    • Les marchés émergents avec 20%
    • Le Japon avec 10%

    Voici une petite liste de supports particulièrement attractifs qui répondent à ce besoin :

    États-Unis : Federal Indiciel US (FR0000988057)

    Créé en septembre 2002, ce fonds est dédié aux grandes capitalisations américaines du S&P 500. En moyenne, il a généré une performance annualisée de 13,73%* ces dix dernières années, pour un risque jugé moyen par rapport à sa catégorie d’investissement sur tous les horizons d’investissement, selon MorningStar. Les gérants du fonds ciblent en priorité les secteurs financiers, industriels et de l’énergie aux États-Unis.

    Europe : Comgest Growth Europe Opportunities (IE00B4ZJ4188)

    Ce deuxième fonds incontournable cible les grandes capitalisations européennes, pour une performance annualisée de 10,68%* en moyenne sur dix ans. Créé en août 2009, son risque est toutefois supérieur à la moyenne de sa catégorie selon MorningStar. Actuellement, son allocation sectorielle fait la part belle aux secteurs européens de la santé, des nouvelles technologies et des industries.

    Marchés émergents : GemEquity R (FR0011268705)

    Les gérants du fonds ciblent principalement les secteurs financiers, technologiques et de la grande consommation en Asie, et dans une bien moindre mesure au Moyen-Orient et en Amérique latine. Le support a été lancé en juin 2012 et affiche une performance annualisée de 5,05%* en moyenne sur dix ans pour un risque moyen par rapport à sa catégorie d’investissement.

    Japon : Fidelity Funds - Japan Value Fund (LU0611489658)

    Enfin, comment être complet sans évoquer le Japon ? Ce support lancé en mars 2011 a généré un rendement annualisé de 8,69%* en moyenne sur dix ans et son risque est dans la moyenne de sa catégorie d’investissement. Dans cet exemple, ce sont surtout les secteurs industriels, de la grande consommation et des nouvelles technologies qui sont visés au Japon.

    Mettre en place des versements programmés est un excellent réflexe pour tous les épargnants détenteurs d’un contrat d’assurance vie avec une capacité d’épargne. Et ce, même si celle-ci est relativement limitée : à titre d’exemple, les contrats de meilleurtaux Placement vous permettent d’appliquer des versements réguliers dès 25, 50 ou 100 € par mois. Bien entendu, si vous préférez mettre en place des versements tous les trimestres plutôt que chaque mois, cela est également possible.

    Les quatre fonds présentés ci-dessus dans cet article sont éligibles à notre assurance-vie Meilleurtaux Liberté Vie. Meilleurtaux Liberté Vie, c’est aussi une assurance vie à frais très réduits, pour une meilleure performance sur vos placements :

    • 0 € de frais d'entrée et de sortie (sauf SCPI/FCPR).
    • 0 € de frais sur versements (hors OPCI, SCI et SCPI).
    • 0 € de frais de dossier.
    • 0,5 % de frais de gestion sur les unités de compte.
    • Tous vos arbitrages en ligne sont gratuits.

    Avec Meilleurtaux Liberté Vie, vous bénéficiez bien sûr de l'accompagnement personnalisé de nos Conseillers en Gestion de Patrimoine.

    Découvrez notre assurance-vie sans frais d'entrée

    Communication non contractuelle à caractère publicitaire.

    * Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps. L'investissement en actions, obligations ou OPCVM présente un risque de perte en capital important, et doit s’envisager dans une optique long terme, en représentant une petite partie d’un patrimoine global. Contrairement au fonds en euros, la valeur de ces supports, qui reflète la valeur d’actifs sous-jacents, n’est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse, dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.

    ** meilleurtaux Liberté Vie est un contrat individuel d’assurance vie de type multisupports distribué par meilleurtaux Placement et assuré par Spirica (filiale à 100 % du Crédit Agricole Assurances), SA au capital social de 231 044 641,08 euros, entreprise régie par le code des assurances, RCS Paris n° 487 739 963, 16-18, boulevard de Vaugirard 75015 PARIS. Les garanties de ce contrat peuvent être exprimées en Unités de Compte, en parts de provisions de diversification et en euros. Pour la part investie en Unités de Compte et en parts de provisions de diversification, les montants investis ne sont pas garantis et sont sujets à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers.

    Les caractéristiques principales du contrat meilleurtaux Liberté Vie et de ses différentes options d’investissement sont exposées dans le Document d’Informations Clé et les Documents d’Informations Spécifiques disponibles sur placement.meilleurtaux.com ou sur le site de l’Assureur https://www.spirica.fr.

    Logo redacteur

    Écrit par
    La rédaction Meilleurtaux Placement

    Ça peut vous intéresser

    Archives