mardi04avril
Illustration de l'assurance vie

Les Français étant réputés être de grands épargneurs, l’assurance vie demeure leur placement préféré. S’ils privilégient autant ce placement par rapport aux autres, c’est dû à leur préférence pour les placements peu risqués, et ce, même si ces derniers sont moins rentables. Mais ces derniers risquent de changer d’attitude notamment en période électorale où la fiscalité de l’assurance vie risque fort de changer.

L’assurance vie est toujours le placement préféré des Français. Ces derniers placent l’assurance vie en tête devant les plans, les comptes ou encore les livrets d’épargne. S’ils privilégient ce placement par rapport aux autres produits financiers, c’est parce qu’ils préfèrent les placements peu risqués, même si ces derniers sont moins rentables. Mais en période électorale, des changements peuvent s’opérer, notamment sur la fiscalité de l’assurance vie.

En effet, le programme d’Emmanuel Macron risque d’apporter des changements sur la fiscalité de l’assurance vie. Le candidat d’En Marche ! prévoit d’alourdir la fiscalité de l’assurance vie après 8 ans de détention. Passé ce délai, le prélèvement forfaitaire libératoire est actuellement à 7,5% plus les prélèvements sociaux de 15,5%, ce qui fait 23% au total.

La réforme que veut proposer Emmanuel Macron

Emmanuel Macron propose de mettre en place une taxe de 30%, prélèvements sociaux compris, ce qui est 7 fois plus que la fiscalité actuelle. Toutefois, cette taxation ne s’opèrera pas pour les contribuables qui ne payent pas d’impôt.

Pour les autres concernés, ils auront le choix si le barème progressif est plus profitable, donc ils intègreront la somme perçue dans leur déclaration d’impôts.

Lorsqu’on parle de barème progressif, cela signifie que l’impôt sur le revenu est calculé par l’application d’un barème, comportant plusieurs tranches qui sont soumises à de différents taux. Et plus le montant du revenu est important, plus la taxation est importante.

Les détenteurs actuel d’assurance vie ne seront pas concernés

Face à ce changement, l’entourage d’Emmanuel Macron veut changer les choses. Ils proposent que ce taux de 30% ne serait payé qu’au-delà d’un plafond pouvant être de 150 000 euros, soit le montant maximal qu’on peut placer sur son assurance vie. Aussi, la réforme ne concernera que les nouveaux versements.

Ce qui fait que tous les détenteurs actuels d’un contrat d’assurance vie vont échapper à cette taxation qui va augmenter.

Les épargnants ont changés d’attitude

Selon la fédération des assurances, le nombre d’épargnants qui souscrivent à un contrat d’assurance vie a diminué. En janvier 2017, un total de 400 millions d’euros a été placé par les épargnants, si ce montant était de 3 milliards en janvier 2016.

Mais cette baisse serait plus due aux rendements qui sont de plus en plus faibles, qu’aux incertitudes politiques. En effet, le rendement des fonds en euros en 2016 était seulement de 1,8% avec une inflation de 0,2%, si le rendement était de 2,3% un an plus tôt.

En outre, les épargnants sont de moins en moins séduits suite à la Loi Sapin 2 qui a autorisé le haut Conseil, en cas de crise financière, d’interdire les retraits d’argent sur les contrats d’assurance vie durant trois à six mois. Cela a été fait pour éviter que le système bancaire ne soit profondément déstabilisé suite à un cas de grave crise financière. Il faut dire que c’est une mesure extrêmement inquiétante.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos