vendredi28juillet
Photo de billets de banque (euro)

Grâce à ses qualités, le fonds en euros est un support majeur de l’assurance vie. Il est réputé pour sa sécurité et sa stabilité qui se démontre par la faible volatilité des rendements. En plus, le fonds en euros est très apprécié à cause de ses avantages fiscaux, sa flexibilité et sa liquidité.

La sécurité du fonds en euros vient du fait qu’il est composé majoritairement d’obligations outre les actions et les autres produits structurés. En contrepartie de la sécurité qu’il procure, le fonds en euros offre une rémunération moins attirante que celle des placements risqués. Les obligations qui peuvent être privées ou d’État procurent des rendements faibles.

Actuellement, le taux obligataire est bas. Cela aggrave encore plus la réduction du rendement des fonds en euros. Pour y remédier, les assureurs ont décidé de restructurer la composition des fonds en euros. Good Value for Money (GVfM), prescripteur de contrats d’assurance a mené une étude sur la modification de la composition des fonds en euros.

Les assureurs réduisent les obligations composant les fonds en euros

Pour limiter la baisse de la rémunération qui démotive les épargnants, les assureurs ont réduit les parts d’obligations et priorisent les supports de placement qui offrent beaucoup plus d’intérêts. Selon les constatations de GVfM, les assureurs ont opéré une nette réduction des obligations composant les fonds en euros.

Si on considère par exemple le fonds en euros classique, il représente 92% des investissements de l’assurance vie. En 2015, 82,03% de celui-ci étaient constitués d’obligations. Or, le taux obligataire a connu une baisse considérable. Pour cette raison, cette proportion d’obligation a été réduite.

Elle était à 81,5% en 2016. De même, les actions ont diminué de 0,07%, les supports monétaires de 0,9% et les produits structurés de 0,05%. En revanche, la composition du fonds en euros classique en immobilier a augmenté. Celle-ci est passée de 5,25 en 2015 à 5,76% en 2016. La proportion des autres composants a aussi augmenté de 1,18%.

Même démarche pour les autres types de fonds en euros

Pour ce qui est des fonds en euros immobiliers, leur rendement moyen a connu une baisse 0,2 point entre 2015 et 2016. Les épargnants ont restreint leurs capitaux investis dans l’immobilier. Cette situation a été influencée par l’instabilité du marché et la difficulté des assureurs à faire fructifier convenablement la somme investie dans les actifs immobiliers.

Selon le GVfM, la composition en obligations des fonds en euros immobiliers est néanmoins passée de 35,2% en 2015 à 40,6% en 2016. Concernant les actions, une augmentation de 3,1% a été observée. En revanche, l’immobilier est passé de 52,5% à 45,6%.

Toujours dans le cadre d’un contrat d’assurance vie, la même situation a été constatée au niveau des fonds en euros dynamiques. Leur rendement a baissé : 4,07% en 2015 contre 3,80 % en 2016. Le problème déclencheur est toujours la baisse des taux obligataire.

Par conséquent, les assureurs ont diminué de 3,5% la composition des fonds en euros dynamiques en obligations. En revanche, ils ont privilégié les compositions en actions et en immobilier qui ont connu respectivement une augmentation de 0,7 point et de 4,9 points.

A découvrir également

  • 2021 marque le regain de forme de l’assurance-vie
    19/01/2022
  • Fonds en euros : nos solutions pour éviter de perdre de l’argent
    12/01/2022
  • Les fonds « Clean share » font leur trou sur le marché des UC
    30/12/2021
  • Les contrats multisupports prêts à se responsabiliser en 2022
    16/12/2021

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt