jeudi08juin
Un personne qui fait des calculs sur les impots

La fiscalité du capital est un sujet sensible, politique tout autant qu’économique. Certains disent même que la surimposition du capital crée une distorsion sur l’économie réelle et a des impacts inéluctables sur l’équilibre macroéconomique et le système financier.

Dans cette optique, le Président Emmanuel Macron souhaite renforcer le dynamisme économique de la France et créer plus d’emplois via une politique de réduction d’impôt sur le capital.

Le capital incarne la richesse et selon l’enjeu politique de sa répartition, sa maîtrise tend à réduire l’inégalité sociale. Néanmoins, il implique un encadrement permanent car les efforts entrepris pour sa formation nécessitent des sacrifices.

Le gouvernement français est au cœur de cette coordination à travers sa politique fiscale car la formation du capital booste l’investissement et propulse la productivité à long terme.

Emmanuel Macron veut agir en tout pragmatisme, il n’hésitera pas à revoir les expériences réussies en accordant plus d’importance à l'efficacité économique. Son objectif principal réside dans la création d’un cadre fiscal incitatif afin de lutter contre le chômage.

Ainsi, la politique fiscale qu’il a élaboré cible avant tout les ménages et les entreprises. Pour être plus précis, le capital fera l’objet d’une mesure d’allègement fiscal pour soutenir la compétitivité des entreprises et la rentabilité des placements des particuliers.

Puisque les placements en unités de compte commencent à prendre de l’ampleur, la fiscalité assurance vie sera analysée de plus près.

Outre certaines dispositions qu’il souhaite aménager dans le Code du travail, il estime qu’il s’est suffisamment penché sur la réduction du coût du travail quand il était ministre et que c’est le moment de se concentrer sur le capital.

À ce propos, Jean Pisani-Ferry, coordinateur du programme « En marche! » confie :

Les marges des entreprises ont été restaurées : à elles de les utiliser pour améliorer leur productivité et la qualité de leur offre

Jean Pisani-Ferry.

Le gouvernement prévoit d’effectuer une conversion du crédit d'impôt CICE en baisse de cotisations durables sur les bas salaires. Il veut également accélérer la réduction d'impôt sur les sociétés à 25 %.

Les éléments de la stratégie qui sont orientés vers les placements

Réduire la taxation du capital est une nécessité pour inciter les ménages à épargner. Les sommes perçues sur les plus-values et les intérêts vont bénéficier d’un allégement fiscal très avantageux.

Comme le disait l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt :

Les profits d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après-demain.

Helmut Schmidt.

Dans cette optique, pour encourager les ménages à épargner, il faut créer une condition favorable pour l’augmentation des profits.

Ainsi, les profits seront réinjectés dans des projets d’investissement productifs et vont créer des emplois.

Pour cela l’ISF sera revu à la baisse et le gouvernement pense procéder à un alignement d'imposition des revenus du capital sur ceux du travail.

Ces nouvelles mesures seront prises pour éviter la scission entre les épargnants et les banques qui sont devenues un peu frileuses à cause de la volatilité du marché. Selon Philippe Aghion, économiste et professeur au Collège de France :

Macron veut donc ramener à un forfait de 30 % la taxe sur les intérêts, dividendes et plus-values… y compris pour les gros contrats d'assurance-vie, qui bénéficient aujourd'hui d'un régime privilégié à 23 %. L'ISF, lui, ne s'appliquera plus qu'aux patrimoines immobiliers, exemptant les actifs financiers. La logique est de favoriser les placements qui aident au développement des entreprises, mais de continuer à imposer les rentes

Philippe Aghion.

Les mesures prises pour les salariés

Pour créer une synergie entre les entreprises et les investisseurs et les salariés, le Président Macron veut renforcer la valeur du salariat. D'où ses mesures en faveur des travailleurs qui consistent à faire baisser de 3,1 points les cotisations qui pèsent sur les salariés. Ils bénéficieront d’une compensation de l’ordre de 1,7 point de CSG. Remarquons que ces mesures concerneront également les retraités.

Il est fort probable que le gouvernement applique l'exonération sociale des heures supplémentaires, le renforcement de la prime de productivité pour les salaires modestes, sans oublier l’exemption de la taxe d'habitation pour 80% des foyers.

Bref, Macron prévoit une baisse nette d'impôts qui pourrait atteindre 20 milliards d’euros en l’espace de cinq ans.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    L’ISR, le prochain relais de croissance incontournable de votre portefeuille ?
    25/11/2022
  • Image actualite 2
    La remontée des taux rebat les cartes pour le marché obligataire
    24/11/2022
  • Image actualite 3
    5 idées reçues sur l’assurance vie
    22/11/2022
  • Image actualite 4
    Assurance vie : ces sommes qui pourraient bientôt être rendues aux épargnants
    16/11/2022

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt