mardi26juin
tirelire, une calculatrice et des pièces

Le 7 juin 2018, notre comparateur de produit d’épargne a publié les résultats d’une étude qui portait sur les frais de versements appliqués en France concernant les conventions en matière d’assurance-vie. Dans ce billet, la moyenne de ces frais s’établissait à 3,33%, sur les cent premiers contrats du marché en 2017.Tour d’horizon.

Le montant total des frais sur versements que les épargnants français en assurance-vie ont payé pour l’année 2017 s’évaluait à hauteur de 2,3 milliards d’euros. Plus précisément, celui-ci correspond aux frais sur versements des cent plus importants contrats en France. En effet, ce constat est issu des résultats de l’étude menée par notre comparateur en ligne des produits d’épargne en Hexagone.

Sur les cent premiers contrats étudiés, on relève en moyenne des frais sur versements à 3,33%. Il faut préciser qu’ils représentent 52% des versements effectués par les épargnants français durant l’année 2017, soit 68,38 milliards d’euros.

260 euros de frais sur versements par épargnant en moyenne

Les cent premiers épargnants ayant souscrit des contrats d’assurance-vie en France auraient payé en totalité 2,3 milliards d’euros en 2017. À l’échelle nationale, ce montant arrive à 4,4 milliards, soit 110 euros pour chaque contrat.

Mais on sait que chaque épargnant a ouvert en moyenne 2,4 contrats d’assurance-vie. Dans ce schéma-là, chacun des épargnants français auraient donc payé 260 euros de frais sur versements en moyenne l’année dernière.

Les bancassureurs appliquent les frais les plus élevés

Un contrat assurance vie proposé par une banque de réseau affiche souvent des frais sur versements très onéreux. Dans l’étude menée par notre comparateur de produits d’épargne, les bancassureurs détenaient 38 contrats dans ces 100 premiers du marché français.

L’étude a alors démontré qu’ils fixent généralement ces frais à 3,43%, alors que la moyenne du marché se trouve à 10 points en dessous. L’un de nos spécialistes, Maxime Chipoy, a pourtant déclaré que ces frais surélevés n’étaient pas liés à une meilleure performance des contrats :

Ce surcoût ne correspond pas à des contrats plus performants. Au contraire, le rendement moyen qu’ils ont servi en 2017 était de 1,52%, sensiblement inférieur au taux de 1,72% versé par la moyenne des cent premiers contrats.

Maxime Chipoy.

Ce sont plutôt les banques en ligne, les mutuelles et les contrats de prévoyance qui affichent davantage d’efficacité sur ces contrats.

Les rendements sont en forte baisse

L’importante baisse des rendements des contrats d’assurance-vie au cours des récentes années fait partie des raisons pouvant expliquer l’accroissement de ces frais. Depuis 2010, ceux-ci ont pratiquement stagné alors que les performances des fonds en euros n’ont cessé de chuter.

Les experts des marchés financiers appellent toutefois à la réserve quant aux chiffres de cette étude. En effet, il s’agit là des frais plafonds et non des frais effectifs. Aujourd’hui, il est possible de négocier les frais d’un contrat d’assurance-vie avant sa souscription. Malheureusement, bon nombre d’établissements s’en gardent bien.

A découvrir également

  • Assurance-vie : découvrez les meilleures gestions pilotées du marché
    24/05/2022
  • Le contrat multisupport premium confirme son retour au premier plan
    20/05/2022
  • LEP : 15 millions de Français éligibles, la CLVC interpelle les banques
    19/05/2022
  • Les Français privilégient toujours l’immobilier et les produits financiers
    18/05/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt