jeudi14juin

Macron a réussi à faire le buzz avec une vidéo dans laquelle il expliquait que les aides sociales coutaient "un pognon dingue" et n'avaient que peu d'impact sur la pauvreté. Une mise en scène pour faire passer un message.

>

Dépenser mieux pour aider plus ?

Le message de Macron hier lors de son discours sur la politique sociale était clair. Comme le laissait entrevoir une vidéo totalement mise en scène. Il ne dépensera pas plus pour les aides sociales. Il veut les réorganiser, les restructurer pour les rendre plus efficaces.

Un discours long, très long

et plus des déclarations que de vraies mesures. Pour avoir les détails de la politique sociale du gouvernement, il faudra encore attendre. Mais il a beaucoup parlé de prévention, de responsabilisation, d'incitation. Pas de barre à gauche donc, il maintient un cap libéral.

La banque centrale américaine serre la vis

Elle monte ses taux de 0.25%. C'était prévu. Mais elle a adopté un biais plus restrictif sur la politique monétaire qui laisse présager deux hausses de taux d'intérêt de plus avant la fin de l'année. Du fait de l'accélération de la croissance et de l'inflation aux États-Unis. On attend la BCE aujourd'hui.

Du côté des marchés

La Fed a donné le ton hier sur les marchés. Les indices qui étaient orientés en légère hausse avant la réunion de la Fed, ont basculé en territoire négatif après la perspective d'un quatrième tour de vis cette année sur fond d'une robustesse de l'économie américaine. Le Dow Jones perd 0,47% à 25.201 points à la clôture, le S&P 500 a rendu 0,40% à 2.775 points tandis que le Nasdaq limite ses pertes à 0,11% à 7.695 points. A Tokyo, le Nikkei rend près de 1% à 22.738,61 points dans le sillage d'une deuxième hausse de taux de la Fed. Le dollar est reparti à la baisse malgré le ton adopté par la Banque centrale américaine avec un euro à 1,18147 dollar. Désormais, les investisseurs seront concentrés sur la BCE et son compte rendu de politique monétaire. Le CAC 40 débute les échanges du jour sur une baisse de 0,8%, de retour sur les 5410 points.

Le bras de fer du jour

L'Italie tient bon. Malgré les critiques. Elle ne veut plus gérer seule le problème des migrants qui viennent chez elle. Soit l'Europe l'aide, soit l'Italie fermera ses portes. Macron a parlé de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien dans l'affaire de l'Aquarius. L'Italie n'a pas apprécié et a demandé des excuses officielles. La rencontre entre le Premier Ministre italien et Macron, une rencontre qui pour l'instant a été maintenue, risque d'être chaude.

L'hyper concentration du monde de la gestion

Dans la gestion mondiale des actifs, la tendance est à la concentration.Ce n'est pas une révolution, mais c'est une tendance de fond qui connaît une accélération spectaculaire. Que ce soit sur la gestion classique, sur la gestion alternative, sur les trackers ou encore sur le private equity, le constat est le même : les fonds les plus gros deviennent de plus en plus gros et attirent l'écrasante majorité des investisseurs. Par exemple, au niveau mondial, sur les fonds communs de placement, les 1% les plus gros gèrent 45% de l'argent placé. Du jamais vu. Un record historique. Et ce 1% est 72 fois plus gros que les actifs gérés par les 50% de fonds les plus petits. Ce ratio était de 30 en 2009 et de 22 en 2006.

L'argent va à l'argent

Qu'est ce qui explique cette accélération de la concentration ?L'économie d'échelle. Les sociétés qui gèrent ces méga fonds peuvent investir massivement dans la technologie, ce qui leur permet de devenir plus compétitives et donc de réduire les frais de gestion et donc d'attirer encore plus de capitaux. Elles sont aussi plus armées pour faire face à une pression réglementaire de plus en plus forte et de plus en plus coûteuse. Et grâce à tous ces éléments, ces fonds affichent de meilleures performances nettes et l'argent se déverse donc par dizaine de milliards de dollars. On observe le même phénomène dans toutes les catégories de gestion. Sur les trackers, c'est encore plus spectaculaire avec quelques fonds gigantesques qui représentent une part substantielle et trois acteurs qui dominent largement le secteur.

Le miracle du jour

L'assurance chômage a réduit son déficit de façon spectaculaire. Et l'Unedic vise l'équilibre en 2019 et 5.2 milliards d'euros d'excédents cumulés sur 2020 et 2021!!! C'est pas beau ça ? Qui a dit que Macron avait un bol insolent...

L'évènement du jour

Premier match du mondial de foot en Russie.

Union ou désunion?

Les États Unis, le Mexique et le Canada se déchirent sur le terrain commercial. Et s'insultent, à travers Twitter. Mais ils se sont unis pour remporter l'organisation du mondial de foot en 2026.

Votre argent du jour

Une bonne nouvelle pour les assujettis à l'IFI. Alors que l'administration fiscale avait indiqué fin mai qu'" un abattement de 30 % étant pratiqué sur la valeur de la résidence principale, les dettes contractées pour son acquisition ne sont déductibles qu'à hauteur de 70 % de leur valeur ", alors qu'elles étaient déductibles à 100% pour l'ISF, une instruction fiscale qui vient de paraître corrige le tir : les dettes sont bien déductibles intégralement, mais dans la limite de la valeur imposable du bien (donc après abattement de 30%). Les assujettis peuvent donc être rassurés, sauf ceux qui ont un crédit représentant plus de 70% de leur résidence principale et qui vont se retrouver à devoir déclarer plus.

Le ttso du jour: "si le dr laurent alexandre vous fout les jetons"

On ne présente plus Laurent Alexandre, chirurgien-énarque-entrepreneur et, ces derniers temps, pape de l'Intelligence Artificielle et Prophet of Doom. Cette semaine, son papier dans L'Express s'intitule "Serons-nous tous victimes d'Alzheimer" et évoque la perspective d'un Occident vieillissant livré à la démence sénile. Sympa... mais pas irréversible ! Cette semaine également la revue scientifique Archives of Sexual Behavior, publie une étude menée sur 6 000 adultes de plus de 50 ans... et qui conclut que l'activité sexuelle favorise la mémoire. Ce soir, faites un peu de prévention.N'oubliez pas de vous abonner à l'excellente newsletter du soir de TTSO.

On s'en fout ?

Le PSG n'aura pas de sanction dans le cadre du fair play financier: je ne comprends rien à ce truc; Le front syndical est en train d'exploser sur la suite des grèves à la SNCF: tant mieux; le cabillaud est le poisson préféré des Français: c'est vraiment une nouvelle importante; Ce soir sur Arte la mini série anglaise "Three girls": le thème est très dark mais la série est applaudie par la critique; Macron veut remplacer l'exit tax par un autre dispositif: si vous avez une idée, appelez le; En 30 ans le taux de taxation des entreprises dans l'Union Européenne est passé de 49% à 24%; 2 millions de Français vivent en colocation (Challenges); 30 milliards de mégots sont jetés chaque année en France; C'est l'anniversaire de Donald Trump: 72 ans.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos