mercredi03octobre
Assurance vie reste placement préféré

Il est indéniable que les Français sont très économes. Ils choisissent avec soin le produit d’épargne qui leur convient au mieux. Dans cette quête du meilleur placement, l’épargne en France sort les chiffres selon les résultats obtenus dans le semestre. Ainsi, l’assurance-vie reste en tête de liste pour ce qui est des placements préférés des épargnants.

L’épargne en France est sur la bonne voie. C’est ce que révèlent les chiffres, issus du premier semestre de 2018. En effet, selon ses résultats, ce service reste le placement le plus apprécié des Français, devant le Livret A ou le LLDS. L’Association française de l’assurance (AFA), la Caisse de Dépôt et la Banque de France viennent appuyer ce constat.

Cette appétence est surtout expliquée par le rapport raisonnable entre rendement et sécurité. Et malgré une tendance baissière de rentabilité, les épargnants préfèrent se tenir à ce placement pour la stabilité qu’il procure. En outre, les particuliers ont du mal à identifier avec précision les produits d’épargne les plus intéressants chaque année.

L’assurance-vie reste le placement idéal pour les plus prudents

Si l’assurance-vie est très appréciée des Français, c’est parce qu’elle allie à la fois sécurité et rendement, et ce, malgré le fait la rentabilité soit assez faible. Pour pallier ce problème, les assurés peuvent :

• Choisir les fonds en euros sans risque, avec des performances supérieures à la moyenne ; • Opter pour les fonds alternatifs et les fonds euro-croissance.

Ces deux options sont des alternatives aux fonds en euros classiques, et affichent des résultats encourageants. En revanche, certains points peuvent faire obstacle à ces produits. Pour les fonds en euros alternatifs par exemple, les conditions de souscription sont assez contraignantes, et la sécurité des fonds euro-croissance n’est assurée que sur le long terme.

Pour cette année, les observateurs pensent qu’elle sera favorable à l’efficience de ce type de placement. Paradoxalement, moins les Français choisissent ce produit, plus sa marge bénéficière augmente. Cela s’explique par le fait que les assureurs auront moins de capitaux à investir à des taux d’intérêt faible, ce qui optimisera la productivité de leur support en euros.

Les compagnies d’assurances collectent aujourd’hui des réserves de bénéfice pour assurer la performance des produits de l’épargne pour les 8 prochaines années.

L’assurance-vie affiche une collecte de plus de 12 milliards d’euros au 1er semestre 2018

Si le contrat vie reste le produit phare en termes d’épargne, c’est bien parce qu’il octroie de nombreux avantages fiscaux. Que ce soit pour l’assurance vie succession ou pour le retrait de gains, c’est un outil idéal pour transmettre son patrimoine aux personnes de son choix. Il suffit de correctement rédiger la clause bénéficiaire dans son contrat.

Le bénéficiaire peut percevoir la totalité de la somme placée sur le contrat vie, sans les droits de succession d’un montant de 152 500 euros, si l’assuré a souscrit le contrat avant ses 70 ans. À défaut, le bénéficiaire héritera d’une taxation forfaitaire de 20%, et peut aller jusqu’à 31,25% si la somme disponible sur le compte dépasse les 700 000 euros.

Par ailleurs, si l’assuré n’a ouvert le compte épargne qu’après ses 70 ans, son bénéficiaire sera exonéré des droits de succession jusqu’à 30 500 euros. Au-delà de ce montant, il sera soumis à une taxation selon le barème des droits de succession.

Ainsi, sur le premier semestre de 2018, l’assurance-vie a réussi à collecter 12,3 milliards d’euros, contre 7 milliards seulement à la même période en 2017. Deux facteurs ont favorisé ce résultat :

  • Le taux d’intérêt moyen qui a augmenté +1,8% par rapport à l’année dernière, qui a largement dépassé les prévisions des observateurs ;
  • Les mesures fiscales favorables aux épargnants.

L’Observatoire de l’épargne règlementée, dans son dernier rapport, a même publié que l’assurance-vie pèse 40% du patrimoine des ménages français. La Fédération française de l’assurance rajoute que le cap des 1 700 milliards d’euros d’encours a été dépassé au mois de juin.

Derrière l’assurance-vie, on trouve :

  • Le Livret A, avec 282 milliards d’euros en fin juillet ;
  • Le Livret de développement durable et solidaire (LLDS), pour 106 milliards d’euros d’encours ;
  • Le Plan Épargne Logement (PEL) avec 493 millions d’euros, qui correspondent à l’imposition des intérêts des PEL à partir du 1er janvier 2018.

 

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos