L’accélération du placement immobilier tire le patrimoine des Français vers le haut

Patrimoine français vers haut avec accélération placement immo

La constitution d’un patrimoine garantit la stabilité financière du futur. Telle est la raison de l’appétence des Français pour l’épargne. Et il s’avère que cette tendance affiche une courbe ascendante, à en croire les chiffres de l’Insee entre 2016 et 2017. À savoir que les biens immobiliers détiennent la plus grande part tandis que pour la partie restante, les placements liquides prédominent.

Alors que les autorités publiques françaises tentent de rediriger l’épargne de la population vers le financement d’entreprises pour qu’il y ait des impacts sur l’économie réelle, celle-ci persiste à privilégier les placements garantis. L’investissement dans la pierre leur semble en adéquation à leur besoin de sécurité.

Ce qui explique sa prédominance puisque les deux tiers du patrimoine des ménages en sont présentés tandis que le tiers restant est composé des actifs (comptes à vue, livrets, plans, actions…) et passifs (crédits bancaires) financiers.

Toujours est-il qu’en dépit des réformes contextuelles et réglementaires, créant une certaine incertitude, la croissance est incontestable au niveau de chaque placement. Tiré par le dynamisme de l’immobilier, le patrimoine des Français accélère aussi pour s’établir à deux fois plus en deux décennies.

La valeur immobilière n’a de cesse de s’accroître en vingt ans

Le patrimoine des Français est deux fois plus volumineux qu’il y a vingt ans. D’après l’Insee, sa valeur nette s’établissait à 11 494 milliards d’euros en 2017, pour une hausse de 3,8% par rapport à l’année précédente. À savoir que cela représente durant cette même période 8,5 fois le revenu annuel disponible de ces ménages alors que le ratio était bien moins élevé en 2005 et 2001 (7,6 et 5,6).

Le motif principal de cet essor est la croissance notable de la valeur des biens immobiliers alors que ceux-ci représentaient deux tiers de la richesse de la masse, à raison de 7 679 milliards d’euros (+3% par rapport à l’année dernière). À titre d’indication, le prix de l’habitat a haussé de 2,9% en 2016 à 3,3% en 2017. Plus précisément, celui des logements anciens a évolué de 3,3% tandis que les neufs sont tout aussi dynamiques.

Pour en revenir à la part de l’immobilier dans le patrimoine, sa progression a été constante depuis les deux dernières décennies. Et pour cause, les Français en sont friands, les propriétaires frôlant de près les 59% de la population. Quitte à souscrire davantage de dettes. À ce propos, les prêts habitats accordés ont progressé de 5,4% après +4,3% l’année précédente.

Le volume des portefeuilles financiers booste aussi le patrimoine

Le vieillissement de la population française impacte sur le volume des portefeuilles étant donné que la durée de l’épargne s’élargit. Or, il se trouve que les placements financiers représentent le tiers du patrimoine des ménages. Et même si la majorité de la masse affectionne les produits sécurisés, elle n’en est pas moins attirée par les autres supports en faisant progresser de 4,4% la totalité des actifs. Dans les détails :

  • De 1,4% pour les contrats vie (une légère modération par rapport à 2016, à +2,2% et ce, en dépit de la possibilité de comparer assurance vie pour dénicher de meilleures conditions) ;
  • De 4,6% pour les dépôts bancaires (contre +4,1% en 2016) ; • De 8,1% pour les parts de fonds d’investissement et les actions (contre +4,9% l’année précédente).

Archives

Back to top