Les contrats vie en euros ne sont pas tout à fait à l’abri des aléas financiers

Aleas financiers contrat vie euros

Étant des personnes à caractère prévoyant, les Français continuent d’affectionner leur contrat d’assurance-vie en euros. Et ce, en dépit de leur rendement réel quasi nul si l’on tient compte de l’inflation. Cette affluence s’explique par la garantie du capital qu’offre le placement alors que ce n’est pas toujours le cas. D’autres supports, plus stables et plus rentables, méritent alors qu’on se penche dessus.

Le capital garanti est sans conteste le point fort des supports en euros des contrats vie. C’est la raison pour laquelle les épargnants français optent souvent pour ce type de placement. Mais il faut savoir que ce dernier n’est pas aussi sécuritaire qu’on le prétend étant donné que d’éventuels chocs financiers pourraient occasionner de graves conséquences à l’investissement. Le rehaussement des taux d’intérêt figure parmi les plus préoccupants, qui causera une chute notable de la valeur des obligations.

À cette incertitude s’ajoutent ses intérêts qui s’érodent de plus en plus étant donné sa faible rémunération, estimée entre 1,4 et 1,8% selon le cabinet de conseils Facts & Figures, alors que l’inflation ne cesse de s’accroître.

Les conséquentes de la remontée des taux

Certes, les contrats en euros préservent le capital investi en assurance-vie, et font profiter à leurs détenteurs divers coussins financiers, mais il n’est pas pour autant totalement sécurisé. Comme l’explique le dirigeant de la branche gestion privée d’Amiral Gestion, Jean-Baptiste Barenton, en ces termes :

« Le fonds euro bénéficie de différentes garanties et notamment de la PPE (provision pour participation aux excédents, NDLR), de la réserve de capitalisation et des fonds propres de la compagnie. En revanche, il n’est pas correct de penser qu'il est entièrement dénué de risque en cas de remontée très forte des taux à court terme ».

Jean-Baptiste Barenton

Le fait est que les fonds versés sont placés, en grande partie, dans des obligations à long terme dont la valeur connaîtra une nette régression si les taux d’intérêt viennent à progresser. Encore faut-il préciser que cette chute ne se verra pas réellement étant donné que le principe se repose sur un coût historique. Ainsi, pour un placement de 100 euros, l’expert explique que :

« Sa valeur comptable indiquée sera encore de 100 euros dans le fonds […] Si le fonds a des sorties importantes, il va devoir vendre ces obligations sur le marché à 90 euros, matérialisant une perte très importante - 10% - au regard du petit rendement connu à l'origine ».

Jean-Baptiste Barenton

Il est temps de se pencher sur d’autres produits alternatifs

Il est clair que les fonds euros souffriront des retraits massifs. C’est la raison pour laquelle l’Exécutif a promulgué la loi Sapin II afin de limiter la sortie des détenteurs de contrats.

À Barenton d’ajouter :

« Il y aura une inertie négative sur l’évolution du rendement du supports en euro, car même si une partie du portefeuille sera renouvelée chaque année avec de nouvelles obligations à taux plus élevés, les rendements bas des années passées pèsera durablement sur la rémunération globale du fonds euro ».

Jean-Baptiste Barenton

Certes, les taux se trouvent encore à un niveau plancher, mais il convient toujours de se pencher vers d’autres options afin d’anticiper les risques. D’autant que plusieurs entreprises spécialisées en gestion de patrimoine proposent des alternatives fortement intéressantes, notamment :

Le M&G Optimal Income Fund, un fonds à moindre volatilité, qui comporte une part prépondérante en obligations (souveraines ou investment grade) et qui rapporte en moyenne 2% par an ;

Le Sextant Bond Picking d’Amiral Gestion où l’on peut investir dans des obligations peu populaires, mais plus rémunératrices.

Pour cette deuxième option, à Jean-Baptiste Barenton d’argumenter :

« Le rendement après couverture du risque de change de la poche obligataire ressortait à 5,4% à fin octobre, soit une rémunération de 2,9% pour l’ensemble du fonds, ce dernier étant liquide à 45%. Le poids important des liquidités et la faible durée de vie moyenne des obligations limitent par ailleurs l’impact qu’aurait une éventuelle remontée des taux sur la valeur du fonds ».

Jean-Baptiste Barenton

Archives

2019 2018 2017 2016

Découvrez les meilleurs contrats d’assurance vie en quelques clics !

Je compare les assurances vie

Découvrez les 5 contrats d'assurance-vie à la une ! Demande de documentation gratuite et sans engagement.
Offres promotionnelles soumises à conditions (*).

Binck Vie GENERALI VIE
Jusqu'à 150 € offerts jusqu'au 31/12/2019
Sélectionner Sélectionné
Digital Vie Suravenir
Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 31/03/2019
Sélectionner Sélectionné
Gaipare Selectissimo Allianz Vie
Sélectionner Sélectionné
Mes Placements Retraite Suravenir
Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 30/04/2019
Sélectionner Sélectionné
Mes-Placements Liberté Spirica
Jusqu'à 200€ offerts jusqu'au 30/04/2019
Sélectionner Sélectionné
(*) Le détail exhaustif des conditions de ces offres promotionnelles est disponible sur notre page des offres promotionnelles.
Back to top