mardi08décembre
Des pièces et billets d’argent

L’an dernier, le rendement moyen des fonds en euros est descendu sous le seuil de 1,5 %. La plus grande partie des encours a connu une diminution de rémunération sur cette période. Pour expliquer cette chute, le gendarme financier français évoque la conjoncture économique dans une étude publiée en octobre dernier.

En 2019, le rendement assurance vie en euros a subi un repli historique. Les chiffres dévoilés par l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) en attestent. Dans le détail, le taux de revalorisation des fonds en euros s’est établi en moyenne à 1,46 % net de frais sur encours et avant prélèvements sociaux.

Dans le rapport annuel qu’elle a publié à la fin du mois d’août dernier, la FFA (Fédération française de l’assurance) avait annoncé un chiffre avoisinant 1,5 %. Pour l’année 2020, elle ne s’attend guère à une amélioration en raison de la pandémie de Covid-19 et de la persistance des taux d’intérêt bas.

Comment bénéficier d’une meilleure rémunération ?

85 % des encours de l’assurance-vie ont accusé une chute de rémunération l’an dernier. Pour leur part, 7 % se sont avérés stables. Enfin, 8 % ont connu une hausse. Sans surprise, les contrats proposés par les grands groupes de bancassurance, dont la part de marché se chiffre à 58 %, sont plus impactés par la conjoncture. Ils ont rapporté en moyenne 1,31 % en 2019, soit un repli de 0,40 point.

S’ils souhaitent bénéficier de taux de revalorisation plus importants, les épargnants ont la possibilité de souscrire les contrats commercialisés par les autres assureurs. Ils offraient un rendement moyen de 1,63 % l’an passé. Mieux, ils peuvent opter pour les mutuelles d’épargne. Ces dernières servaient un taux moyen de 2,33 % en 2019.

Autrement, les épargnants peuvent intégrer une proportion d’UC (unités de compte) dans leur contrat d’assurance-vie. S’ils sont plus risqués, ces supports financiers sont aussi potentiellement plus rémunérateurs. D’ailleurs, face à la baisse continue du rendement des fonds en euros, de plus en plus d’assureurs imposent aux investisseurs le placement d’une partie de leur capital sur des UC.

Comment expliquer la baisse du rendement des fonds en euros ?

En 2018 et l’année précédente, le rendement moyen des fonds en euros s’est élevé à 1,83 %. Le chiffre relevé pour 2019 montre que leur taux de revalorisation s’est replié de 0,37 point en un an. Cette baisse était attendue. Il n’empêche qu’elle est sans précédent. Dans son étude, l’ACPR précise qu’une telle situation n’est pas survenue depuis 2011.

En cause, la conjoncture économique qui est notamment affectée par l’accélération du recul des taux d’intérêt. Elle est aussi marquée par les emprunts obligataires de référence dont les taux sont devenus négatifs. Un effet de rattrapage vient compléter ce tableau. Le gendarme financier explique que la baisse du rendement des fonds en euros reflète :

[Une] rupture dans les stratégies de revalorisation des organismes d’assurance-vie qui, sur les dernières années, avaient freiné la baisse […], malgré un environnement de taux bas persistant, pour maintenir l’attractivité des produits.

Le fonds en euros restera-t-il le support d’épargne préféré des Français dans ce contexte ? Fin 2019, les épargnants ont encore placé 1 180 milliards d’euros sur ce support d’investissement.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos