mercredi18novembre
Maison sur une pile de pièces d’argent

La rémunération servie par les fonds en euros baisse depuis quelques années. La Banque de France a récemment révélé que le taux de revalorisation moyen de ces supports de placement s’est chiffré à 1,46 % en 2019. En guise de comparaison, il s’établissait à 1,83 % en 2018 et en 2017.

Le tassement du rendement assurance vie, notamment de celui des fonds en euros, se confirme. L’an dernier, ces supports financiers ont servi aux épargnants un taux de 1,46 %. Ce chiffre reflète un recul de 37 points de base comparativement à 2018.

Avec un tel déclin, les fonds en euros continueront-ils de totaliser environ 80 % de l’encours des contrats d’assurance-vie ? Jusque-là, ils étaient plébiscités en raison de la sécurité qu’ils offrent. En effet, l’argent placé sur ces supports ne risque pas de diminuer bien que des frais soient appliqués.

En tout cas, pour éviter de faire baisser davantage leur rendement, les assureurs ont décidé d’en restreindre l’accès.

Des assureurs confrontés à des taux bas

Pour limiter la souscription de fonds en euros, les acteurs de l’assurance-vie imposent désormais une proportion de placements sur des unités de compte dans un contrat. Alors qu’elle préconisait un tel changement, la Banque de France fait montre de circonspection depuis que l’année a commencé.

Le secrétaire général de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution), organe rattaché à la banque centrale de l’Hexagone, note :

Nous demandons aux assureurs des éclaircissements sur les enjeux en termes de risque [pour l’assuré]. Nous sommes très attentifs à ce domaine. Nous faisons des enquêtes pour vérifier que [le] devoir de conseil [qui incombe aux compagnies] et les mesures associées sont bien respectées.

Toujours est-il que cet interlocuteur a admis que le contexte de taux faibles affecte le modèle économique de l’assurance-vie. D’ailleurs, les taux sont susceptibles de rester bas durant encore une longue période.

Fonctionnement des unités de compte

Depuis maintenant plusieurs années, la Banque centrale européenne veille au maintien de taux d’intérêt extrêmement bas, voire négatifs. Cette politique monétaire, qui vise à encourager les banques à accorder des prêts et à dynamiser l’économie, se répercute sur les obligations. Pourtant, les fonds en euros sont en grande partie investis dans des obligations d’États ou des emprunts d’entreprises.

Dans ce contexte, les assureurs-vie orientent de plus en plus de clients vers les unités de compte. Cette démarche réjouit certainement le gouvernement qui a toujours incité les épargnants à se tourner vers l’économie réelle (par opposition aux placements sécurisés).

Dans le détail, les épargnants peuvent investir leur argent dans des sociétés immobilières et des fonds en actions. Ils ont également la possibilité de le placer sur des actions en direct. Contrairement aux fonds en euros, les unités de compte n’offrent pas de garantie de capital, ce qui en fait des placements plus risqués.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos