mardi01septembre
Une jolie jeune femme serrant sa grand-mère avant de l'aider avec ses finances sur un ordinateur portable.

Selon une étude récente, la mutation de l’assurance-vie se traduit entre autres par la perte de sa clientèle historique, à savoir les ménages percevant des revenus moyens. Ces derniers privilégient traditionnellement cet investissement en raison de la garantie de capitale offerte par les fonds euros. Cependant, avec la promotion des UC, ils préfèrent désormais opter pour d’autres supports de placement.

Le rendement assurance vie poursuit la chute entamée depuis plusieurs années pour se stabiliser à 1,33 % en 2019 pour les fonds euros. C’est ce que révèle le dernier baromètre de Facts & Figures et de Good Value for Money, publié le 17 juillet 2020. Le recul effectif s’aligne avec les estimations des acteurs du secteur, qui ont prédit une rémunération en baisse de 1,4 %.

En guise de comparaison, le taux de rendement s’est élevé à 3,66 % en 2009. Néanmoins, les performances des fonds euros restent correctes selon les spécialistes. En effet, leur rémunération couvrait encore l’inflation, estimée à 1,1 % l’an dernier.

Changement de clientèle

Les fonds euros sont constitués à 80 % d’obligations, dont les rendements n’ont cessé de baisser ces dernières années. Face à ce phénomène, les assureurs-vie incitent désormais leurs clients à privilégier les UC (unités de compte), qui sont potentiellement plus rentables pour toutes les parties.

Toutefois, le risque associé à ce type de placement est souvent rédhibitoire pour la classe moyenne. De leur côté, les clients patrimoniaux (revenus annuels entre 50 000 et 500 000 euros) plébiscitent de plus en plus les contrats d’assurance-vie. Logiquement, la collecte a fortement progressé pour les UC et significativement baissé pour les fonds euros depuis 5 ans.

Comme l’a souligné le président de Facts & Figures, Cyrille Chartier-Kastler :

C’est très grave ! Si l’assurance-vie ne finit plus par concerner que les 10 % des Français qui relèvent de la gestion patrimoniale, le législateur risque de lui retirer ses avantages successoraux ou fiscaux.

Cyrille Chartier-Kastler.

En effet, un abattement de 4 600 euros (souscripteur unique) à 9 200 euros (couple) est applicable aux rachats sur un contrat d’assurance-vie de plus de 8 ans. Ces retraits bénéficient également d’une imposition à 7,5 %, hors cotisations sociales. Pour éviter la perte de ces avantages, les spécialistes recommandent de recentrer le modèle sur le client et d’entretenir une culture de transparence (clarté, simplicité et lisibilité).

Rendements variables selon les établissements

Malgré tout, le fonds euros reste le support à capital garanti le plus intéressant sur le marché. En effet, le Livret A affiche un rendement à 0,5 % depuis février dernier tandis que le PEL (Plan d’épargne logement) rémunère à hauteur de 1 %.

Selon le baromètre Facts & Figures- Good Value for Money :

Sans surprise, les meilleurs taux servis sur des fonds en euros classiques en 2019 concernent des contrats associatifs ou mutualistes.

L’an dernier, les contrats Profiléo (Carac) et Dynavie (Capma & Capmi) ont proposé les meilleurs rendements du marché, avec 2,20 %. Ces offres sont suivies par l’Épargne Retraite 2 Plus de l’Asac-Fapès avec une rémunération à 2,05 %.

Les taux les plus bas, entre 0,50 et 0,80 %, ont été retrouvés du côté des bancassureurs. Le rendement servi par certains d’entre eux a ainsi baissé jusqu’au niveau du Livret A. En moyenne, la rémunération auprès de ces établissements se chiffrait à 1,13 % l’année dernière. Les experts déplorent ces performances, connaissant la fidélité des épargnants français aux banques.

Enfin, les frais appliqués ont tendance à réduire significativement les rémunérations dans le secteur de l’assurance-vie, selon le baromètre cité.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos