lundi19novembre

C'est le constat cinglant de la dernière étude annuelle du courtier en ligne Empruntis.com. Seuls les ménages les plus aisés peuvent encore franchir la porte d'un agent immobilier. En moyenne, les Français ont mis sur la table quelque 210.233 euros pour acquérir un bien immobilier et emprunté 160.000 euros environ.

    Prêt Immobilier : Plus de 50 000 euros d'apport !

    Après un pic de 166.239 euros en 2010, ce montant moyen avait baissé de 4% en 2011 (à 159.590 euros) et s'est stabilisé en 2012. C'est sans surprise que l'Ile-de-France tire la moyenne nationale à la hausse, avec un montant de 202.574 euros, tandis que Paris intra muros reste hors catégorie avec un ticket moyen qui atteint 274.579 euros ! Autrement dit, l'emprunteur a dû se présenter à sa banque avec plus de 50.000 euros d'apport personnel. " C'est la première fois que l'apport moyen franchit la barre des 50 000 euros, et si ce chiffre est certes hautement symbolique, il faut se rappeler qu'il y a une petite quinzaine d'années à peine, cette somme correspondait à un bien immobilier correct en province et au prix d'un studio à Paris. " Commente Maël Bernier, Directrice de la communication d'Empruntis.com. " Au-delà de la comparaison anecdotique, on est en droit de se poser la question de qui peut disposer aujourd'hui d'un tel apport ? Cette somme de 50 465 euros étant qui plus est dépassée, en Ile-de-France notamment, avec un apport moyen de 82 840 euros. " Ajoute Maël Bernier.

    >> Je souhaite être recontacté par un conseiller MonFinancier

    Un profil un peu éloigné du français moyen

    Pour montrer patte blanche, l'aspirant à l'accession à la propriété doit faire valoir de revenus nets moyens qui s'élèvent à 4430 euros nets par mois. Un chiffre qui atteint 5213 euros en Ile-de-France. Toutes régions confondues, le candidat à l'acquisition a donc des revenus supérieurs à 4000? ou flirtant avec la barre des 4000 euros nets par mois. "Si ces revenus restent très élevés et bien au-dessus du revenu médian des Français, il est en baisse de 4% par rapport au plafond de 4 634 euros atteint en 2010", note l'étude. Pour Maël Bernier, "c'est peut-être la preuve que les emprunteurs de 2012 ont quelque peu bénéficié de la baisse des prix dans certaines régions conjuguée à la baisse des taux". Autrement dit, ceux qui ne trouvaient pas grâce aux yeux des banques en 2010 ont pu devenir l'emprunteur idéal en deux ans...

    Prêt Immobilier :Paris n'est pas la France

    A Paris, la majorité des postulants à l'accession à la propriété sont purement et simplement évincés tant les chiffres atteignent des niveaux stratosphériques. L'apport moyen atteint 198.828 euros pour un montant moyen emprunté de 274.579 euros sur plus de 18 ans. Le foyer doit en outre gagner 7.980 euros en moyenne ! La lecture des chiffres parisiens confirme bien évidemment la particularité de Paris. " Des revenus extraordinairement élevés, un apport hors du commun, l'emprunteur parisien est " à part ". Remarque Maël Bernier " Ces chiffres nous confirment en effet que le marché parisien est désormais réservé presque exclusivement aux secundo-accédants disposant de revenus élevés. L'apport élevé étant la résultante de la plus-value réalisée à la revente. En effet, à part quelques chanceux disposant d'un gros héritage, quel primo-accédant lambda dispose d'une épargne flirtant avec les 200 000? ? " s'interroge Maël Bernier.

    >> Je souhaite être recontacté par un expert du financement MonFinancier

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt