vendredi13janvier
Contrat assurance vie

Les bilans reçus pour 2016 venant des établissements d’assurance laissent perplexes : les taux 2016 sont en baisse. Les détails de cette régression.

Pour l’année 2016, les premiers chiffres publiés sur les taux affichent une performance entre 0.25% et 2.30%. Le dernier assureur à avoir dévoilé son rendement est la GMF avec un taux de 2.50% des encours gérés sur l’ensemble de ses contrats.

Cette régression des rendements en assurance-vie est constatée d’année en année. Cela peut s’expliquer entre autres par les diverses réformes des règlementations régissant le secteur.

Principale raison : baisse persistante des taux d’intérêt européen

La diminution progressive des rendements en contrats d’assurance-vie peut s’expliquer par la baisse des taux d’intérêt en Europe. Une mutuelle d’épargne explique : « Depuis plusieurs années, nous assistons à une baisse régulière des taux d'intérêt, laquelle implique une diminution de la performance des fonds en euros des contrats d'assurance-vie.

En effet, les banques centrales ont décidé de fixer, puis de maintenir, un taux d'intérêt bas afin de soutenir la conjoncture économique et les politiques budgétaires des États ».

Les assureurs sont contraints à investir une importante partie de leurs actifs en obligations, notamment avec la garantie à tout moment du capital des fonds en euros. La chute de ses rendements obligataires entraîne automatiquement celle des rendements.

Impact non-négligeable de l’évolution règlementaire du secteur de l’assurance

Le poids des évolutions règlementaires en assurance vie de 2016 peut également en être la cause de ces bilans négatifs. Toujours selon les arguments d’une mutuelle épargne, la réforme européenne la plus importante de 2016 est la Solvabilité II qui s’applique à l’ensemble des sociétés d’assurances depuis le 1er janvier 2016.

Le premier objectif du texte est la protection des épargnants, et demande aux organismes d’assurances de respecter des règles « prudentielles ». Ces dernières sont destinées à garantir les engagements à l’encontre des assurés et de les défendre contre les aléas de l’activité d’assurance.

Ces règles impactent également sur le rendement distribué aux épargnants du fait que les établissements doivent renforcer leurs réserves et sécuriser leurs placements.

Vers la recherche de nouvelles solutions de réorientation de l’épargne

Les assureurs sont en quête de moyens afin de réorienter l’épargne de leurs clients, compte tenu des risques systémiques présents sur le marché de l’assurance vie. En effet, la première mission des concepteurs de produits d’assurance serait d’empêcher l’extinction des fonds en euros.

Selon un professionnel dans le secteur, une des solutions serait de s’appuyer sur la loi Sapin II afin de limiter les rachats en cas de hausse des taux.

Mais les acteurs peuvent également envisager une solution plus offensive, toucher à l'une ou l'autre des caractéristiques d'un fonds euros traditionnel

Philippe Parguey, associé chez un établissement d’épargne.

De toutes les solutions proposées, celle qui consiste à proposer des contrats avec une garantie réduite à 98% du capital est la plus intéressante.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos