vendredi09juin
Documents loi pour risque d'épargne

Le livret A continue toujours de séduire les épargnants. Non seulement, il propose à ces clients des offres intéressantes mais il enregistre également, selon les derniers chiffres, une somme énorme en termes de collecte. Peut-t-il devenir le placement préféré des Français ? Quels sont ses atouts pour devancer ses concurrents ?

Cependant, les Assurances vie continuent de régresser. Est-ce qu’elles sont moins avantageuses par rapport aux autres contrats d’assurance ? Quelles sont ses faiblesses ? Même si les derniers chiffres publiés marquent un signe de redressement, elles ne sont toujours pas en bonne santé.

Pour le huitième mois consécutif, l’assurance-vie ne retrouve toujours pas ses formes, même si elle est réputée comme étant le placement préféré des Français.

La Fédération Française de l’Assurance (FFA) a annoncé une collecte nette de 400 millions d’euros mercredi dernier. Par contre, le Livret A a collecté 1,4 milliard d’euros. Un chiffre largement supérieur à celui de l’assurance-vie.

Livret A, en bonne santé

Il y a déjà plusieurs mois, l’assurance-vie est plongée dans une situation très critique. Depuis le début de l’année 2017 par exemple, elle n’a récolté qu’une mince somme par rapport à l’énorme marché de l’épargne.

À vrai dire, moins de 1,4 milliard d’euros contre près de 10 milliards d’euros sur la même période en 2016.

En revanche, la situation est moins inquiétante puisqu’en avril, les cotisations ont atteint les 11 milliards d’euros. Ceci, grâce notamment à une forte progression des prestations ; c’est-à-dire les sommes versées. Depuis le début de l’année, le montant de ces retraits a toujours été au moins de 10,5 milliards d’euros.

Pourquoi le public se désintéresse pratiquement à cette base essentielle de l’épargne ? Les raisons en sont multiples. Tout d’abord, les Français commencent à s’adapter à un environnement du taux bas.

Chaque année, l’on constate de plus en plus une baisse du rendement des fonds en euros garantis. Les contrats ne dépassent pas souvent la barre des 2% (avant prélèvements sociaux).

Même s’il n’existe aucun lien entre les deux, force est de constater que le livret A offre une rémunération de 0,75% net d’impôts et de prélèvements sociaux.

Les contrats de l’assurance-vie dits unités de comptes (UC) permettront ainsi aux assurés de bénéficier d’un rendement. Risqués certes, mais pratiquement avantageux.

Des efforts considérables ont été fournis par les compagnies d’assurance afin de pouvoir vendre ce type de produits. Les résultats ont été positifs puisque les UC ont vu leur part en hausse : environ 25% dans la collecte brute totale de l’assurance-vie.

Incertitude et réglementation

Cependant, la faiblesse des taux a provoqué d’autres attitudes :

  • Du pur immobilisme
  • De nombreux épargnants ne touchent pas aux épargnes contenues sur leur compte
  • Profiter du taux faible pour faire du prêt
  • Favoriser l’achat immobilier grâce à l’épargne.

La souffrance de l’assurance peut-elle être la résultante de l’incertitude de son cadre réglementaire ?

Ainsi, à la mi-2016, la loi Sapin II favorisant la possibilité de bloquer temporairement les rachats de contrats a engendré une forte inquiétude au niveau des assurés.

En d’autres termes, le projet d’Emmanuel Macron sur sa proposition d’imposer à 30% les contribuables ayant plus de 150.000 euros de contrats d’assurance-vie a provoqué notamment de l’attentisme.

A découvrir également

  • Hausse des taux : pas de panique !
    24/06/2022
  • Les épargnants digitaux surveillent mieux leur assurance vie
    24/06/2022
  • Viser plus de 5% par an, même en cas de nouvelle baisse ?
    21/06/2022
  • Les frais comme principal critère de choix des contrats d’épargne digitaux
    21/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt