mardi03juillet
Logo d'Yomoni Society

Yomoni est une Fintech qui ne manque pas d’ambitions. Il y a trois ans, son service s’adressait aux épargnants débutants, afin de les accompagner dans la gestion de leur patrimoine. Aujourd’hui, Yomoni veut élargir son champ d’activité. Avec Yomoni Society, la Fintech souhaite percer le marché des grands comptes, notamment les patrimoines au-delà de 250 000 euros.

En 2015, une entreprise de gestion patrimoniale est créée. Sa particularité résidait dans l’automatisation de certaines tâches de gestion conseillée ainsi que sa plateforme entièrement numérique. Trois années après, Yomoni peut savourer son succès car elle détient 7 500 clients à son actif.

Il s’agit en effet d’une meilleure performance car l’encours total de cette Fintech s’évalue à 70 millions d’euros jusqu’à l’heure. Mais pour elle, il est temps de passer à un stade supérieur, notamment les patrimoines de plus grande envergure. C’est ainsi que Yomoni Society a vu le jour, pour accompagner les patrimoines supérieurs à 250 000 euros.

Un service destiné aux patrimoines supérieurs à 250 000 euros

Yomoni lance Yomoni Society, un service de gestion patrimoniale qui s’adresse aux clients ayant plus de 250 000 euros d’actifs. Que ces derniers soient des particuliers ou des entreprises, leurs besoins en gestion conseillée sont plus poussés.

Yomoni Society peut alors relever les déséquilibres par rapport aux choix d’actifs et pourra suggérer de meilleures solutions. Ce qui différencie surtout ce service, c’est sa capacité d’analyse complexe d’un patrimoine.

Des chiffres convaincants

Se lancer dans les patrimoines d’envergure est une chose, trouver des clients en est une autre. Sur ce point-là, la Fintech a le plus parlant des arguments : des chiffres positifs ! Par exemple, les comptes-titres ont rapporté entre 2,8% et 22%. Quant aux investissements en assurances vie, leur rendement a été entre 5,3% et 25,1%.

L’autre fer de lance de Yomoni Society, c’est son coût. Si la moyenne des frais de gestion s’établit entre 3 et 3,5%, Yomoni Society sera alors proposé aux mêmes tarifs que Yomoni auparavant, soit des frais plafonnés à 1,6%.

Un virage important pour Yomoni

Et s’adressant aux patrimoines aussi importants, Yomoni espère être rentable d’ici quelques années. Il s’agit d’un tournant important dans l’expansion de l’entreprise. D’ailleurs, les responsables ne cachent pas leurs ambitions avec l’arrivée de Yomoni Society. En effet, ils visent les 100 millions d’euros d’encours pour 2018, pour atteindre le milliard en 2020. Le président exécutif Sébastien d’Ornano a également ajouté :

Notre point d’équilibre correspond à une fourchette de 400 millions à 450 millions d’euros d’encours sous gestion.

Sébastien d’Ornano.

D’ailleurs, Yomoni pense augmenter davantage son capital dans les mois à venir. Rappelons-le, la Fintech avait reçu l’appui de grands investisseurs comme Iéna Venture ou Crédit Mutuel Arkéa. C’était en février 2017 et l’opération avait rapporté 5 millions d’euros à la robo-advisor.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos