jeudi29mars
vérification sur contrat assurance

Les titulaires d’un contrat d’assurance-vie éprouvant un besoin de liquidités peuvent solliciter une avance auprès de leur assureur. Cette solution semble bien plus avantageuse qu’un retrait sur le contrat ou un crédit à la consommation. En effet, elle est moins onéreuse que ces derniers et le déblocage des fonds se fait rapidement. Détails !

Face à un besoin ponctuel important de liquidités, les épargnants décident souvent de puiser dans leur contrat d’assurance-vie ou de demander un crédit à la consommation.

En raison de leur coût financier et fiscal onéreux, ces solutions semblent toutefois peu intéressantes. Il convient ainsi de trouver une alternative à celles-ci. Moins chère, une avance adossée au contrat d’assurance-vie se présente comme une formule avantageuse.

Il s’agit d’un prêt accordé par l’assureur moyennant des intérêts. Consenti pour une durée de trois ans maximum, celui-ci peut être renouvelé une ou deux fois. Un spécialiste en gestion de patrimoine explique :

Le principal avantage d’une avance est qu’elle donne la possibilitéde disposer de fonds sans que l’opération soit considérée fiscalement comme un retrait.

Les conditions d’octroi d’une avance

Si presque tous les établissements proposent une telle avance, les conditions d’octroi varient toutefois d’une enseigne à l’autre. Certaines d’entre elles plafonnent le montant de l’avance. Pour les contrats en euros, sa valeur ne doit pas dépasser 80% ou 90% de l’épargne investie en général. Concernant les contrats en unités de compte, le montant emprunté est plafonné à 50 ou 60% de l’épargne.

Envisagez-vous de solliciter une avance sur votre contrat d’assurance-vie ? Nous vous conseillons d’envoyer le formulaire de demande par lettre recommandée avec accusé de réception. Vos capitaux seront débloqués au bout de quelques jours.

Le coût de l’avance

Les intérêts produits par le contrat d’assurance vie ne sont soumis à aucune taxation. Néanmoins, il convient de rester prudent. Pourquoi ? Parce qu’un non-remboursement de la somme empruntée au terme de la période convenue donne à l’assureur le droit de réaliser un retrait automatique sur votre épargne.

Concernant les intérêts prélevés sur l’avance, leur taux est déterminé au début de chaque année civile. Il équivaut soit au :

  • rendement du fonds en euros de l’année précédente majoré d’un ou deux points ;
  • taux moyen des emprunts d’État (TME) également majoré d’un ou deux points.

Parce que le TME est relativement faible, les assureurs optent pour la première méthode de calcul. Vous bénéficierez ainsi d’un taux de 3 à 4,5% par an. Étant donné que l’épargne placée sur votre contrat continue d’être rémunérée, vous devrez en réalité supporter un coût moins onéreux.

Ce que vous aurez réellement à débourser, c’est la différence entre le coût de l’avance et la rémunération de votre épargne.

À titre illustratif, supposons que votre assureur vous ait consenti une avance à un taux de 3% et que le rendement du fonds en euros est de 2%. Le coût du prêt s’établit ainsi à 3 000 euros tandis que la rémunération nette de votre épargne est de 2 000 euros. Par conséquent, le coût réel de l’avance s’élève à 1 000 euros, ce qui est nettement moins cher que celui d’un crédit à la consommation.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos