DISPOSITIF COVID-19 En savoir plus

Dans le contexte actuel, nos équipes restent mobilisées et opérationnelles à distance. Les agences sont fermées.
1. Contactez-nous de préférence par email, et sinon au 0800 113 133 (Service & appel gratuits).
2. Limitez au maximum les échanges par courrier et privilégiez vos opérations (arbitrages, versements, rachats partiels) via votre accès Client en ligne.

mercredi19février
experts en placement financier

La régression est encore au rendez-vous pour le rendement des fonds en euros. C’est du moins ce qu’ont estimé la plupart des experts en placement financier suite à l’annonce faite jusqu’ici par les pourvoyeurs d’assurance-vie. Il faut croire que ce produit d’épargne n’est pas le seul à afficher cette tendance baissière, car les supports à capital garanti semblent être tous dans le même panier.

Avec au moins cent milliards d'euros de nouvelles collectes enregistrées sur un an, l’assurance-vie en euros demeure, sans conteste, le placement fétiche des Français. Pourtant, le repli de son rendement moyen risque de faire prendre une douche froide aux amateurs de ce support garanti. En effet, après la baisse de sa rémunération en 2018, celui-ci rapporterait autour de 1,40% pour le compte de 2019.

Ce qui est des plus compréhensible si l’on considère les conditions actuelles du marché qui pousse les compagnies à assurer leurs arrières afin de pouvoir continuer à assumer leurs obligations envers leur clientèle. C’est d’ailleurs pour la même raison que ces établissements promeuvent davantage les unités de compte.

Mais la prudence est de mise étant donné que si cette option est mieux rémunérée, elle ne manque pas toutefois de risques.

Les banques sont sous pression

L'annonce du rendement assurance vie en euros pour 2019 touche presque à sa fin. Le bilan est sans surprise puisque la tendance de l’année dernière semble maintenue, avec au tableau une prévision de baisse à 1,40% (avant prélèvement d’impôts) si la moyenne s’établissait à 1,80% en 2018.

Il y a bien quelques poignées d’assureurs qui ont nagé à contre-courant Carac avec son contrat Carac Profiléo (2,20% contre 2% l’an dernier) ou Capma & Capmi avec Dynavie (2,20% contre 1,50%). Mais la majorité d’entre eux ont annoncé de nettes régressions.

Ce qui semble faire écho à celle attendue pour le livret A et le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) qui ne vont plus rapporter que 0,50% à partir de ce mois, après un gel de leur rémunération à 0,75% depuis 2015.

Il faut dire que les taux des marchés sont pour beaucoup dans cette situation. Étant donné leur niveau plancher qui n’est pas prêt de s’évoluer, il est de plus en plus difficile pour les compagnies d’assurances de percevoir des bénéfices sur leurs investissements. Ce qui fait qu’elles ne peuvent plus se permettre d’être aussi généreuses qu’avant.

Et ce, malgré le fait qu’elles disposent de coussins financiers leur permettant de se confronter aux divers aléas. Entendons par là la provision pour participation aux bénéfices ou PPB qui, en qualité de réserves sur les plus-values, permet de lisser les rendements servis dans les années futures.

Parallèlement, l’arrivée à échéance des obligations plus lucratives rend les assureurs plus conservateurs en matière de redistribution même si celle-ci devrait se faire périodiquement tous les 8 ans.

Des placements plus dynamiques comme solution

Si l’assurance-vie en euros séduit toujours autant malgré son faible rendement, c’est grâce à ses nombreux avantages, entre autres :

  •  La garantie du capital ;
  •  L’acquisition définitive des intérêts engrangés au cours de l’année ;
  •  La liquidité du placement.

Pour se libérer de ces lourdes charges, les assureurs tendent alors à promouvoir les unités de compte auprès de leur clientèle qui ne sont d’ailleurs pas sans avantages pour les assurés. En effet, en contrepartie de la prise de risque, ces derniers sont rémunérés de façon plus alléchante à mesure que la part des fonds investis en support dynamique s’accroît.

Toujours est-il que les investisseurs qui optent pour cette alternative se doivent d’être prudents face à la volatilité des marchés des actions.

Le recours à des fonds structurés est, de ce fait, préconisé afin de préserver une partie du capital.

Il est aussi possible d’opter pour des UC immobilières qui rapportent jusqu’à 4% brut au moins. Sauf que l’on devrait prendre en compte le coût d’investissement, notamment les frais de gestion du contrat et ceux afférents au support.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos