mardi21juillet
UNE FEMME QUI FAIT SES COMPTES

Les épargnants français tendent à se détourner des fonds en euros au profit du Livret A et du LDDS (Livret de développement durable et solidaire). En effet, selon les derniers chiffres de la Caisse des dépôts, le volume des versements sur ces supports a dépassé le flux des retraits en mai dernier. L’assurance-vie, elle, a affiché une collecte négative.

Les Français sont généralement attirés par la garantie de capital du fonds en euros plutôt que par le rendement assurance vie. Cette stratégie s’explique surtout par leur aversion pour le risque. Ainsi, ils ont tendance à privilégier les placements les plus sécuritaires du moment, indépendamment des rémunérations potentielles.

Suivant cette logique, les épargnants se sont rués sur le Livret A et le LDDS depuis le début de la crise sanitaire, au détriment du fonds en euros. Le phénomène s’est maintenu en mai dernier. Pourtant, d’après les spécialistes, la baisse du taux d’intérêt a battu des records historiques ces dernières années. L’indice se chiffre actuellement à 0,5 %.

Des conséquences directes du confinement

Selon les analystes, la baisse de popularité de l’assurance-vie est surtout perceptible sur les fonds en euros classiques. En effet, ces supports de placement ont enregistré une collecte de 3,8 milliards d’euros en mai dernier. Le Livret A, de son côté, a réussi à collecter 3,98 milliards d’euros.

Toutefois, le déclin supposé de l’assurance-vie encore doit être relativisé en raison du caractère exceptionnel de ce mois encore marqué par le confinement. Il faudra donc attendre le retour du rythme habituel pour mesurer la véritable ampleur du succès des livrets d’épargne.

Il faut savoir que la plupart des épargnants français préfèrent réaliser les opérations sur leur contrat d’assurance-vie auprès des agences. De ce fait, les restrictions de déplacements ont nécessairement eu un impact important sur les performances des produits d’épargne de type fonds en euros.

Des retraits massifs

En mai dernier, le LDDS et le Livret A ont affiché une collecte nette à hauteur de 5,14 milliards d’euros. Ce montant est trois fois supérieur au volume enregistré sur la même période en 2019.

Du côté de l’assurance-vie, la collecte est négative, comme sur les deux mois précédents. Dans le détail, les retraits sur ce type d’épargne ont atteint 7,9 milliards d’euros. En revanche, les versements étaient seulement de 5,7 milliards d’euros.

Comme l’a expliqué au Figaro la Fédération française de l’assurance :

Le contexte atypique (confinement jusqu’à la mi-mai, puis déconfinement progressif) a restreint le nombre d’opérations et les placements en assurance-vie.

De plus, cette conjoncture sans précédent incite les Français à se montrer encore plus prudents que d’habitude. Ils misent ainsi sur les valeurs considérées comme les plus sûres, en l’occurrence les livrets d’épargne.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos