mardi21février
Billets d'euros entre des mains

La garantie permanente sur le capital est l'un des atouts des fonds en euros, mais les placements sont-ils toujours assurés avec la montée des taux ?

Face à une éventuelle remontée des taux d'intérêt, les assureurs appliquent de nouvelles approches afin de garantir le capital. Leur explication est d'ailleurs claire quand ils affirment vouloir renforcer les réserves afin d'assurer les rendements.

Les provisions sont censées assurer la garantie continuelle du capital, mais sont-elles suffisantes pour que les placements dans les fonds en euros puissent toujours être rentables ?

Des taux d'intérêt qui pourraient augmenter

La loi Sapin II semble avoir pris les devants en ce qui concerne la montée des taux avec le fameux projet d'encadrement de l'assurance vie par le HCSF (Haut Conseil de stabilité financière). Un suivi renforcé des rémunérations est, en effet, prévu. Ce qui amène les assureurs à devenir plus méfiants puisque la hausse pourrait vraiment être brutale. Les professionnels l'ont même déjà pressentie. C'est pour cette raison que beaucoup d'entre eux affirment que ce soudain revirement de la situation n'est pas conciliable avec la conjoncture économique actuelle.

Une croissance des barèmes ne ferait qu'encourager les enseignes à améliorer leur marge de manœuvre en consolidant leurs réserves financières et en limitant la redistribution. L'effet à long terme serait que les souscripteurs mettent un terme à leur contrat et vont s'intéresser de plus en plus aux unités de compte (UC). D'une certaine manière, la loi sur le blocage de l'assurance et patrimoine vie ne serait qu'un autre argument de plus pour les établissements afin de mieux renforcer leur stratégie.

Le capital sera-t-il toujours garanti ?

La garantie permanente du capital est l'un des principes fondamentaux des fonds en euros. Ces supports fonctionnent à partir d'une stratégie d'épargne qui fait que des primes soient versées en contrepartie d'un engagement de la part des assureurs de toujours s'assurer de la disponibilité de la rente (le capital).

Le montant de l'assurance et patrimoine vie s'apparente à une dette que les établissements vont devoir rembourser à la date prévue. Mais ce placement a aussi un coût et c'est là que se situe le cœur du problème. Les contraintes de la loi Sapin II et la chute continuelle des taux ont amené les professionnels à reconsidérer la contrepartie de leur service.

Certains ont même proposé une révision du contrat pour que la garantie ne soit plus nette, mais brute. Ils ont en effet inclus d'autres frais de gestion supplémentaires dans les conditions. Une approche qui servira à renforcer les provisions et à mieux assurer le capital.

Les réserves seront toujours conséquentes

Malgré la baisse des taux obligataires, les assureurs se sont appuyés sur d'autres leviers afin de renforcer les réserves. Ils ont donc bloqué des fonds dans le but de préserver la provision pour participation aux bénéfices. La PPB est, rappelons-le, une alternative quand les fonds en euros sont face à des difficultés telles que la montée des taux ou la baisse des rendements. Une fraction des revenus dégagés par la gestion du fonds en euros sera prélevée et sera ensuite distribuée.

Actuellement, la majorité des enseignes fixent le taux de PPB à 3 % des encours. Mais chez certaines structures, comme dans le cas de GMF Vie, la barre des 5,2 % a déjà été atteinte pour mieux sécuriser le capital.

Les plus-values latentes obligataires sont aussi une autre solution dont les établissements disposent largement. Sans oublier celles liées aux actions et actifs immobiliers qui demeurent disponibles dans leur portefeuille. Ces autres moyens financiers constituent plus de 7 % des fonds chez de nombreux professionnels. Et puisque la loi Sapin II va encore contraindre les assureurs, les mesures prises pour la garantie du capital pourront s'intensifier dans les prochaines années.

A découvrir également

  • Les fonds long / short : la solution idéale lorsque les marchés sont instables ?
    28/06/2022
  • Assurance vie : attention à bien rédiger la clause bénéficiaire
    28/06/2022
  • Les régulateurs financiers alertent sur l’écoblanchiment des assurances vie
    27/06/2022
  • Les assureurs vie face au dilemme de la remontée des taux
    27/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt