mercredi18janvier

À force d'avoir la tête dans le guidon de l'actualité au quotidien, nous ne nous apercevons plus du caractère extra-ordinaire des événements que nous vivons. Des événements qui bouleversent nos vies et la face du monde. Temps mort donc. On se pose quelques secondes et on observe cette semaine par exemple. Le discours de Theresa May hier et l'investiture de Donald Trump.

>

Une période folle

On lit ce matin dans tous les médias, des analyses du discours de Theresa May. On se demande d'ailleurs si ce sont des journaux financiers ou le journal du hard : Theresa May a-t-elle été hard, super hard? Les Anglais sont-ils devenus SM? La prochaine séance de hard aura lieu en groupe, en plein parlement anglais. Les Anglais refusent le bondage européen... Mais au-delà des nuances, on a quand même entendu hier un premier ministre anglais nous annoncer que la Grande-Bretagne voulait couper tous les liens avec l'Union Européenne et insister sur le fait que la priorité était de fermer les frontières. Vous réalisez quand même que c'est un tournant dans l'histoire de l'Europe et l'histoire du monde, non ?

Trump le mal-aimé

Et de l'autre côté de l'Atlantique, nous allons assister à une expérience sans précédent. Contrairement à ce qu'on pensait ce n'est pas tant l'expérience "d'un pays géré comme une entreprise" qui va être exceptionnelle, mais un pays géré par un président totalement décalé, et c'est un euphémisme, et un président qui est déjà fortement impopulaire, impopulaire au point que personne, pas même un chanteur pour son investiture, ne veut voir son image associée à lui. Et ça va bien au-delà d'Hollywood ou du monde du show business. On n'ose imaginer la curée s'il commençait à trébucher. C'est quand même dingue non ?

La beauté des marchés

Quelle journée hier ! Wow! Qu'est-ce que c'était beau! Certains font des milliers de kilomètres et attendent des nuits entières pour voir les aurores boréales, d'autres rêvent de voir une éclipse dans leur vie. Moi je suis prêt à attendre des mois pour vivre une journée comme celle d'hier sur le change. Avec deux magnifiques phénomènes de physique financière. Tout d'abord sur la livre. On a assisté à un rare et fantastique phénomène de bear trap. Un bear trap. C'est un piège à la baisse. La livre sterling s'était effondrée. Tout le monde l'avait vendue. Et, on en parlait hier matin, le consensus était baissier avec des positions spéculatives record à la baisse. Dans l'attente du discours de Theresa May.

Bear trap

Et rien ne s'est passé comme prévu. On a eu la plus belle hausse de la monnaie britannique en un jour depuis 2008. Elle a éclipsé le dollar pendant quelques heures en explosant de plus de 3%. Même si Maîtresse Theresa a sorti son attirail hard, les marchés ont jugé qu'elle s'était un peu ramollie, Du coup panique, les vendeurs coupent leurs positions spéculatives à la baisse et rachètent à n'importe quel prix. Un bear trap parfait comme on en observe rarement.

Le dollar à nouveau politique

Et dans la même journée on a eu le droit à un deuxième phénomène extraordinaire : la baisse du dollar, notamment contre l'euro qui a dépassé les 1.07. En quoi la baisse du dollar d'hier est-elle si exceptionnelle ? Parce qu'elle va à l'encontre du consensus qui voyait la parité eurodollar ? En partie mais pas seulement. Non hier l'événement sur le dollar c'est le fait qu'on va avoir un président américain qui va s'exprimer sur le dollar. Obama ne l'a jamais fait ou presque. Il a laissé pendant 8 ans la Banque centrale à la manoeuvre. Pas question pour Trump, surtout tant qu'il n'aura pas un patron de la FED à sa botte, de laisser Janet Yellen ou le marché driver le dollar. Non. Le patron du dollar c'est lui, le patron des États-Unis. Il trouve que le dollar est trop fort, par rapport au yuan plus précisément, mais les marchés ont réagi au fait que Trump allait se mêler de ça aussi. Les traders de change vont donc devoir plus suivre Twitter que leurs écrans de trading. Hier, c'était une journée magique qui me rappelle pourquoi les marchés me passionnent tellement. Surtout le marché des changes.

Le monde a l'envers

Encore un événement EXCEPTIONNEL hier. Nous avons eu un président chinois qui donnait une leçon sur la globalisation à un président américain. Xi Jinping a lancé hier à Davos un plaidoyer sur le commerce libre et la mondialisation. Et sur l'écologie. Il n'est quand même pas allé jusqu'à critiquer le système électoral américain qui a donné la victoire à Donald Trump alors qu'il est minoritaire en vote populaire...Il n'a quand même pas osé.

The day after pour barack obama

Le journal Fortune estime la fortune d'Obama à 12.2 millions de dollars. Il gagnait 400,000 dollars par an comme président, plus 50,000 dollars de remboursement de dépenses, 100,000 dollars de dépenses de voyages et 19,000 dollars pour ses loisirs. Michelle elle a un patrimoine de 11.8 millions de dollars. Mais c'est maintenant que tout commence. Au-delà des 205,700 dollars qu'il va recevoir chaque année comme ancien président, et des centaines de milliers de dollars pour payer son bureau, son staff et ses autres dépenses, c'est évidemment avec ses livres et ses conférences qu'Obama va faire le jackpot. Clinton a gagné 153 millions de dollars pour 729 interventions en 15 ans. Les Obamas feront mieux. Comptez 50 interventions par an à 200,000 dollars. Plus 30 millions de dollars minimum pour ses mémoires. Fortune estime qu'il devrait atteindre une fortune de 242 millions de dollars. Not bad.

Et poutine fait du poutine

"Je peux difficilement m'imaginer qu'il (Trump) a couru à l'hôtel pour rencontrer ces filles, même si bien sûr...ce sont les meilleures au monde".

Du côté des marchés

Du côté des changes, on a donc assisté au rebond spectaculaire du sterling de 1.20 à 1.24 et l'envolée de l'euro à 1.07, le dollar yen est remonté au-dessus des 113 après avoir chuté sur les 112 yens; l'or profite de la baisse du dollar et dépasse les 1210 dollars et le pétrole reste stable à 52.50 dollars. Les indices européens ont glissé, un peu, avec un CAC à 4859 et un Eurostoxx à 3288, les indices US ont aussi glissé avec un Dow à 19830 et un Nasdaq et S&P en baisse de 0.30%. Les taux US se sont détendus avec un 10 ans à 2.35%.

On s'en fout

Obama ne quitte pas la vie politique : on a retrouvé un B. Obama candidat dans la 3ème circonscription de la Côte D'or et soutien de Jean-Luc Mélenchon, après vérification il s'agit de Boris Obama et il n'a aucun lien avec l'ancien président-animateur de shows; 700 Français, dont 250 "combattants" sont en Syrie et en Irak et pourraient revenir en France; Valls s'est pris une claque en direct sur les réseaux sociaux hier par un militant de la cause bretonne; Pour la deuxième année consécutive la fécondité baisse en France, de 1.96 à 1.93, mais nous restons toujours très au-dessus des 1.5 de l'Allemagne ou des 1.3 du Portugal, je ne sais pas si c'est vraiment une bonne nouvelle; Laurent Ournac est le parrain de la journée contre l'obésité.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos