lundi02juillet
calculatrice et monnaie euro

En matière de contrat d’assurance-vie, les frais sur versement ne sont pas similaires et varient donc d’un assureur à l’autre. Parfois, ils atteignent des sommets, jusqu’à 10 points au-dessus de la moyenne. C’est ce que relève notre comparateur de produits d’épargne, dans le rapport de son étude menée sur les 100 premiers contrats en France. Tour d’horizon.

Les épargnants ne le savent pas toujours mais ils paient plus de frais qu’ils ne le pensent. En effet, pour chaque versement qu’ils effectuent sur leurs produits d’épargne, l’assureur retient une partie de ce montant. C’est ce qu’on appelle frais de versement.

Notre comparateur en ligne de produits d’épargne a alors relevé que ces frais étaient parfois trop élevés. Une étude a été menée sur le top 100 des contrats d’assurance-vie du marché. 38 d’entre eux sont des contrats ouverts auprès de bancassureurs. Ainsi, leurs frais de versement font réfléchir plus d’un.

Comprendre le principe des frais de versement

Plusieurs frais sont à considérer dans un produit d’épargne. Mais bon nombre d’épargnants ignorent quasiment tout sur les frais de versement. Comme son nom l’indique, ces frais correspondent à la somme prélevée par la banque ou l’assureur lorsque l’épargnant dépose de l’argent sur son livret.

Par exemple, pour un dépôt de 200 euros, seuls 193,34 euros seront réellement crédités sur le produit d’épargne si les frais de versement sont à 3,33%.

Les frais sur versement appliqués en 2017

Notre comparateur en ligne de produits d’épargne a réalisé une étude sur les 100 premiers contrats du marché. Parmi ceux-ci, 38 étaient souscrits auprès de bancassureurs. Il en est alors ressorti trois points importants de cette étude :

  • Ce top 100 des contrats d’assurance-vie en France représente 68,7 milliards d’euros, soit plus de 50% des versements réalisés en 2017.
  • Les 38 contrats de bancassureurs affichaient les frais de versement les plus élevés, soit 3,43% (10 points au-dessus de la moyenne établie à 3,33%).
  • Les frais de versement auront coûté 4,4 milliards d’euros aux épargnants français en 2017, le montant total des versements ayant été de 131,5 milliards d’euros.

Pourquoi des frais plus élevés chez les bancassureurs ?

Comment ces frais plus élevés chez les bancassureurs s’expliquent-ils ? La première théorie renvoie aux rendements des contrats. Peut-être que les assurances-vie souscrites auprès des banques rapportent davantage ? Ce n’est pourtant pas le cas. En moyenne, les 100 premiers contrats étudiés affichaient un rendement moyen de 1,72%.

Quant aux bancassureurs, ils ne proposent que 1,52%. Les 20 premiers contrats ont enregistré une baisse de 9% de leurs frais de versement entre 2010 et 2017, tandis que les rendements de ces contrats ont fondu de 55%. Au cours de cette période, les fonds en euros n’ont cessé de perdre de la vigueur.

Il faut plus de temps pour faire fructifier les contrats

Dans ces conditions, les frais sur versement pénalisent fortement les contrats. Et pourtant, leurs rendements n’étaient initialement pas très élevés. Concrètement, il faut donc beaucoup plus de temps que prévu pour qu’un contrat d’assurance-vie puisse rapporter réellement.

Par ailleurs, il est essentiel de se rappeler qu’avant la souscription d’un tel contrat, il est possible d’en débattre sur les conditions. Parmi les frais à négocier, il ne faut donc surtout pas omettre ceux sur les versements.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos