lundi13août
baise graphique

Le rendement des fonds en euros a été divisé par trois entre 1998 et 2018, telle une baisse vertigineuse au détriment des épargnants. La diminution de performance est d’autant plus inquiétante avec la fiscalité et l’inflation. Les souscripteurs d’une assurance-vie en unités de compte devraient s’attendre à un rendement compris entre 0% et 0,3% cette année, soit la plus mauvaise performance constatée sur deux décennies.

Les épargnants ne trouvent plus aucune rentabilité dans la contractualisation d’une assurance-vie en euros, sachant que le rendement baisse de manière spectaculaire au fil des ans. Ce constat résulte d’une analyse sur l’évolution du rendement des fonds en euros sur les vingt dernières années.

Si le rendement annuel moyen s’élève à 3,79%, la performance des fonds en euros baisse incessamment, au point d’atteindre un taux de 0,52% en 2017. En effet, le rendement réel de l’assurance-vie en unités de compte était de 4,34% en 1998.

Un bilan alarmant en l’espace de vingt ans

1998 a été la meilleure année pour les détenteurs d’une assurance-vie en euros, avec un rendement moyen de 5,6%. Ce taux régresse de manière continue, jusqu’à atteindre un niveau particulièrement bas en 2017, avec une performance moyenne de 1,8%.

Quels sont les facteurs pouvant expliquer cette baisse progressive de la performance des fonds en euros ? De 1998 à 2017, le marché des fonds en euros a généré une performance nette cumulée d’environ 110%. Ce chiffre ressort des statistiques publiées par la Fédération française de l'assurance (FFA) et de Facts & Figures, un cabinet de conseil spécialisé dans l'assurance.

Le rendement réel de l’assurance-vie en euros passe de 4,34% à 0,52%

Grâce à un faible taux d’inflation (0,7%), une fiscalité favorable (10%) et des taux alléchants (5,6%), l’année 1998 s’est révélée prometteuse pour les épargnants. Il s’agit d’ailleurs de la meilleure année, sachant que le rendement réel des fonds en euros était de 4,34% à l’époque.

La performance des fonds en euros s’est considérablement amoindrie au fil des années : le rendement réel avoisine les 0,5% en 2012.

L’année dernière, il a été fixé à 0,52%, soit 8 fois moins qu’en 1998. Le bilan sera également négatif cette année, sous prétexte que les prélèvements s’alourdissent et que les prix repartent à la hausse. Ainsi, le rendement réel de l’assurance-vie en 2018 sera médiocre.

L’inflation et les prélèvements y sont pour beaucoup

Hormis la possibilité d’être exonéré d’impôts en cas de rachat de contrat d’assurance-vie datant de plus de huit ans, les assurés sont soumis à des prélèvements sociaux (PS). Le montant des prélèvements a en effet évolué au fil des années. S’il était de 10% en 1998, il augmentait de 5,5 points en 2017. Avec la retenue, les épargnants gagnent 1,52% en moyenne, contre 5,04% en 1998.

En outre, il existe une étroite corrélation entre le rendement réel de l’assurance-vie et la variation des agrégats économiques. La progression du capital est obtenue à partir du rendement net de fiscalité et de l’inflation.

D’ailleurs, l’année 2011 a été caractérisée par une performance négative de l’ordre de 0,5% avec un niveau d’inflation à 2%. Néanmoins en 2009, le rendement réel des fonds en euros a été de 3,15% en raison de l’absence d’une hausse généralisée des prix.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos