lundi09juillet
Tablette avec mention fintech

Les solutions de placement sont souvent complexes à maîtriser. De nombreux paramètres sont à prendre en compte, notamment la liquidité du placement, ses rendements réels ou encore les niveaux de risques. Les Fintech optent alors pour des solutions innovantes en matière de gestion de portefeuilles, mais également des contrats d’assurance-vie en ligne.

Les contrats d’assurance-vie classiques affichent des rendements au ralenti. Dans ce contexte, les épargnants recherchent des alternatives plus fructueuses et se tournent vers de nouveaux acteurs comme les Fintech. On en retrouve beaucoup aujourd’hui, pour ne citer que WeSave, Nalo et Yomoni.

En proposant des contrats d’assurance-vie exemptés de frais d’arbitrage et de versement, ils ont vu augmenter le nombre de leurs clientèles de manière rapide. En effet, ces frais divers ont tendance à léser la performance d’un contrat. Quels sont les avantages de souscrire un tel contrat auprès de ces plateformes qui utilisent les outils numériques et l’intelligence artificielle ?

Quand l’intelligence artificielle s’intègre dans les solutions de placement

Les premières Fintech œuvraient dans la gestion patrimoniale automatisée. Bon nombre d’épargnants pouvaient alors bénéficier de l’intelligence artificielle pour choisir le placement adapté à leur profil.

Mais face aux lacunes évidentes des solutions du marché de l’assurance-vie, ces Fintech ont eu l’idée de s’investir elles-mêmes dans l’assurance-vie en ligne. Guillaume Piard, fondateur et président de la Fintech NALO, relate :

Nous sommes partis du constat que bon nombre de services d'investissement étaient trop coûteux, manquaient de transparence et surtout s'avéraient peu adaptés aux objectifs patrimoniaux des particuliers et nous avons l'ambition de devenir la banque privée de demain en alliant la technologie à l'expertise d'une équipe dédiée.

Guillaume Piard.

D’ailleurs, de nombreuses start-up dans le domaine financier ont emboîté le pas à Nalo à savoir Yomoni, WeSave, Fundshop, Advize et bien d’autres encore.

Les écarts de rendements sont importants grâce aux frais de versement

Il est légitime qu’un épargnant se focalise sur les rendements de son contrat d’assurance vie avant tout autre paramètre. Du côté des bancassureurs, le taux servi a été de 1,52% alors que la moyenne du marché se situe aux alentours de 1,72%.

Parmi les paramètres concernés, les frais de versement sont les plus évidents. Alors que la moyenne s’établit à 3,3%, les bancassureurs affichent 3,43%. Avec une telle condition, il est évident que ces frais pèsent beaucoup sur les performances d’un contrat, d’autant plus que les taux servis baissent à un rythme plus élevé que les frais de versement.

En tirant profit de la situation, les Fintech proposent en effet des contrats exemptés de frais d’arbitrage et de versement. Mieux encore : elles appliquent des frais de gestion bien en deçà de ceux affichés par les contrats classiques.

Une comparaison s’impose avant de signer tout contrat

Ces Fintech peuvent se targuer d’avoir révolutionné le monde de l’assurance-vie, avec des rendements nets situés entre 2% et 10% en 2017. Leurs tarifs réduits ont effectivement séduit les épargnants. Cependant, il est conseillé de comparer les offres disponibles sur le marché avant de signer un quelconque contrat vu que les banques en ligne et certains courtiers sont désormais présents sur ce créneau des assurances-vie en ligne.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos