jeudi01mars

En France, depuis quelques semaines les journées se suivent et se ressemblent. Et à part pour la météo, elles sont bonnes, très bonnes même. L'Insee vient de réviser une nouvelle fois la croissance de 2017 à 2% avec des perspectives très favorables pour 2018. Et même les comptes de l'assurance chômage s'améliorent significativement. Lucky Mac, tu ne peux rien faire pour le temps ?

>

Tout sourit

à l'économie française en ce moment. Tous les moteurs sont au vert : de l'investissement des entreprises à la consommation des ménages. Si nous n'avions pas le boulet de notre déficit commercial, notre croissance aurait largement dépassé les 2%. Mais 2% c'est déjà bien, on n'avait pas vu ça depuis 6 ans. Grâce à cette reprise vigoureuse, certains comptes, comme ceux de l'allocation chômage s'améliorent, avec une prévision de baisse du chômage de 8.9% à 8.4%! Ma crainte: qu'on nous fasse le coup de la "cagnotte" qu'il faudrait dépenser alors qu'on se promène encore avec une dette colossale.

Le brexit: on recule

Rien n'avance sur le Brexit. Tant en Grande-Bretagne où les conservateurs sont partagés et les travaillistes tentent d'orienter la négociation vers un soft Brexit en rêvant d'un statu quo. Tant avec l'Europe qui a publié sa version d'un traité de séparation entre Londres et l'Union Européenne. Un projet qui n'a pas plu du tout à Theresa May. Tout est source de conflit: la frontière entre les deux Irlande, la durée et la forme de la période de transition et le statut des Européens en Grande-Bretagne. Quel casse-tête!

L'inde mieux que la chine

L'Inde a repris le flambeau de la croissance. 7.2% de croissance sur le dernier trimestre de l'année. Contre 6.8% "seulement" pour la Chine. Et l'Inde est très optimiste sur 2018 alors que, comme d'habitude, on n'a aucune visibilité sur la croissance chinoise. Certains spécialistes voient des signes de ralentissement notamment dans l'industrie, d'autres observent certaines matières premières en hausse et se disent que c'est la Chine qui redémarre qui les tirent à la hausse. En attendant, 1 à zéro pour l'Inde.

À la caisse

345 milliards de dollars. c'est, selon les Echos, ce que les États-Unis ont réussi à arracher aux banques européennes et américaines en pénalité. De 2009 à 2017. Pas mal non ? Un bon racket qui a permis d'une certaine façon de "faire payer les banques" pour leur rôle dans la crise financière. Il est bien dommage que nous n'ayons pas fait la même chose en Europe.

Un mauvais mois de février

sur les marchés. Nouveau coup de mou hier pour le dernier jour de février sur les indices boursiers à la suite des déclarations très positives sur l'économie du patron de la FED. 3.9% de baisse pour le S&P sur le mois de février. On n'avait pas vu ça depuis 2016. Janvier avait démarré sur des chapeaux de roue mais le "mini krach" du début du mois de février a provoqué un dérapage.

Du rendement à tout prix

La soif de rendements des investisseurs est plus forte que leur crainte de la hausse des taux car il y a encore énormément de liquidités. Des liquidités qui cherchent donc des taux de placement plus élevés. Et les investisseurs vont de plus en plus loin car les pays autrefois à risque comme la Grèce n'offrent plus des rendements élevés et certains gros pays émergents non plus. Les investisseurs doivent donc chercher des pays a priori plus risqués mais qui offrent des taux d'intérêt supérieurs à 7% par exemple.Ces dernières semaines le Kenya a levé 2 milliards de dollars sur les marchés sans difficulté, le Nigeria 2 milliards et demi ou encore le Tadjikistan qui cherchait seulement 500 millions de dollars et a eu des offres pour plus de 4 milliards de dollars. Vous voyez qu'on n'a pas de souci à se faire, la liquidité est toujours là et bien là.

Excès ?

On est encore dans l'excès ?Un peu oui. Même si les spécialistes de ces pays appelés " frontier ", les plus exotiques des pays émergents, considèrent que cet attrait est lié aussi à l'amélioration de la situation politique de certaines zones et à des réformes plus structurelles. Mais on sent en fait que malgré la hausse des taux aux États-Unis, la masse de liquidités épuise les uns après les autres les marchés qui peuvent offrir des rendements élevés. Une fois les rendements élevés en baisse du fait de la forte demande, la liquidité se reporte sur un marché plus risqué et ainsi de suite. Pour les pays concernés c'est pour l'instant un cercle vertueux qui leur permet notamment de financer leurs infrastructures. Espérons que le cercle vertueux ne se transformera pas en cercle vicieux.

Du côté des marchés

Enfin le mois de mars ! Le mois de février n'a pas été de tout repos sur les marchés américains, le Dow Jones et le S&P 500 ont réalisé en février leur pire performance mensuelle depuis deux ans. Les marchés asiatiques suivent la tendance dont le Nikkei qui rend 1,56% à 21,724,47 points. Le Vix s'est réveillé avec un pic inscrit hier à 19,85. Du côté des devises, l'euro/dollar se stabilise à 1,22 dollar après être passé sous 1,22 dollar. Contre toute attente, les stocks pétroliers sont progressé plus que prévu, de 3 millions de barils alors que le marché tablait sur une hausse de 2,4 millions de barils. Les cours de l'or noir poursuivent leur repli avec un Brent en baisse de 1,34% à 64,88 dollars et un WTI qui reste sous les 62 dollars.

Le ttso du jour:" ben m... alors !"

Non mais il le fait exprès Pepy (patron de la SNCF) ou quoi ? Alors qu'Edouard Philippe s'est évertué chez Lapix à expliquer à quel point la SNCF va mal ("elle perd 3Mds par an") et la réforme est urgente, aujourd'hui cette même SNCF présentait ses résultats 2017. Euh... comment dire... tirée par l'activité TGV, l'année 2017 a été excellente ! A 1,33Mds? le bénéfice net du groupe a été multiplié par plus de 2 vs. 2016. On ne peut pas dire que ça tombe bien.... C'est d'ailleurs ce qu'a bien senti Pépy qui au cours de la conférence de presse de présentation des résultats s'est empressé de préciser : "Ce n'est pas du vrai argent, c'est du pur, pur, pur comptable". Pas sûr que ça suffise.

Nous voila rassurés

WalMart, le premier distributeur américain a décidé de relever à 21 ans l'âge minimum pour acheter des armes et des munitions pour ses "clients". Avec ça, c'est sûr, les américains peuvent dormir tranquilles.

On s'en fout ?

Après les orages, les tempêtes, les inondations, la neige, le froid polaire, re- la neige, c'est pas un peu fini non ??; 156 députés LREM signent une tribune dans "Le Monde" pour le droit au "choix" en fin de vie, vaste sujet; C'est la journée mondiale du compliment et je tenais à vous dire que vous êtes une communauté formidable; 59% des personnes en couple partagent leurs mots de passe; Montant des dividendes versés par les entreprises en 2017: 438 milliards aux États-Unis, 52 en France (Challenges); Spotify entre en Bourse.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos