mardi09avril
Perp marginal pour français

L’assurance-vie et le PERP (plan d'épargne retraite populaire) sont, de prime abord, des produits similaires, car ils permettent de se constituer un revenu supplémentaire une fois arrivé à la retraite. Sauf qu’il s’agit de deux dispositifs bien distincts. Côté attractivité, les Français semblent avoir un penchant pour le premier plutôt que pour le second.

Pour se prémunir de l’inévitable baisse de revenus au départ à l a retraite, mettre de l’argent de côté est une solution des plus judicieuse. En France, deux produits d’épargne à long terme peuvent justement répondre à ce besoin. D’un côté, il y a le PERP ou le plan d’épargne retraite populaire qui permet de disposer des fonds accumulés sous forme de capital ou d’une rente viagère.

De l’autre côté, se trouve l’assurance-vie sur lequel le principe du plan susmentionné est axé, à la différence près que ce dernier est dédié exclusivement à la retraite, sauf dans des cas vraiment exceptionnels. Cette absence de liquidité favorise les contrats vie, qui plus est, sont privilégiés par leur fiscalité avantageuse. En effet, l’enlisement du marché du PERP comparé au dynamisme de l’autre le prouve assez.

L’assurance-vie détient plus d’atouts

L’assurance-vie fait de ses avantages fiscaux ses meilleurs atouts pour attirer les épargnants. En effet, à ce placement de longue durée est appliqué un taux d’imposition dégressive. Ce qui revient à payer une taxe fortement allégée si le rachat n’est réalisé qu’au bout de huit ans de détention :

  • 7,5% de prélèvement forfaitaire ;
  • 15,5% de prélèvements sociaux ;
  • 4 600 euros par an d’abattement fiscal (9 200 euros pour un couple).

Contrairement aux contrats vie, les PERP ne bénéficient pas d’aucun privilège fiscal à la sortie. La rente que le retraité percevra fait partie des revenus imposables et est soumise au barème de l’Impôt sur le revenu ainsi qu’aux contributions sociales, à l’instar des autres formes de pensions de retraite. À cet effet, l’assurance-vie rapporte davantage alors que la rentabilité d’un placement est aussi décisive pour les épargnants.

Outre cela, cette solution d’épargne brille aussi par son accessibilité et son côté pratique. Le fait est qu’un potentiel investisseur détient plusieurs choix quant à son assureur, au moment de souscrire un contrat. Le support est en effet disponible auprès des banques, qu’il s’agisse d’un établissement physique ou d’une enseigne en ligne.

Le marché du PERP évolue, mais pas assez vite

Si l’ouverture des PERP et des assurances vies se fait de plus en plus nombreuse ces derniers temps, comme l’a prévu l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), l’écart entre leur nombre s’accentue également. En effet, le superviseur des métiers de la banque et de l’assurance tablait sur une évolution à peu près homogène des deux épargnes-retraites. Pourtant, la réalité est bien différente :

L’attrait des Français pour les premiers est moins significatif par rapport aux seconds. Concrètement, le plan d’épargne a enregistré une progression de 1,58% en 2016 contre 1,93% pour l’assurance-vie. Et si tous les deux ont affiché moins de dynamisme par rapport à l’année précédente, le recul des PERP est plus flagrant que celui des contrats vie, à savoir 0,64 point contre 0,34 point.

Et si à ce jour, l’on ne peut pas encore se fixer sur la tendance de 2018, il est tout à fait certain que le plan d'épargne retraite populaire n’arrivera pas encore, cette année, à prendre le pas sur le produit phare des épargnants.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos