vendredi16octobre
Maison modèle et pile de pièces avec arbre sur fond vert flou concept d'épargne.

L’investissement en pierre papier a pris, ces derniers temps, une tendance haussière, il se targuait d’ailleurs d’avoir un modèle économique à l’épreuve de tout. La récente crise sanitaire aura donc été le moment de prouver ces affirmations. Une rude épreuve où le support d’épargne aura laissé quelques plumes. Mais il semble que la preuve en est maintenant faite.

L’immobilier a été grandement impacté par la pandémie du coronavirus, que ce soit en termes de construction de logements ou de taux de recouvrement des loyers.

Les détracteurs des SCPI attendaient, d’ailleurs, impatiemment que ce support d’investissement montre ses limites et flanche. En effet, les sociétés de gestions se vantaient d’avoir un modèle économique stable et capable de résister à n’importe quelle crise.

Il faut dire que leur ascension fulgurante sur les dix dernières années fait grincer des dents certains professionnels du secteur. Il va sans dire que la chute de la collecte durant le second trimestre a quelque peu réjoui plus d’un.

Des résultats à la hauteur malgré la crise sanitaire

Les fonds amassés par les sociétés gestionnaires d’actifs immobiliers, du mois d’avril à juin, étaient en chute libre, atteignant un triste record vieux d’une décennie. Cependant, les SCPI ont tenu à faire remarquer que malgré cette baisse des collectes, on a assisté à très peu de retraits.

Signe que les sociétaires maintiennent leur confiance dans ce véhicule de placement. Les dirigeants ont également expliqué que c’était une situation normale, en ces temps d’incertitude économique, les particuliers ne cherchent pas à renflouer leurs économies, mais tendent plutôt à se constituer de plus grandes réserves financières.

De plus, malgré une diminution des dividendes versés, l’outil d’épargne a su maintenir une rentabilité frôlant les 4 %, un taux nettement supérieur à ses concurrents tels que l’assurance-vie et le livret A ou encore le PEL (plan d’épargne logement).

En outre, en dépit de ces résultats, les SCPI ont réalisé une excellente performance compte tenu de la conjoncture actuelle.

Pour rappel, les autres plans d’épargne se sont retrouvés dans l’obligation de revoir à la baisse leur rentabilité afin de se maintenir à flot. Le bruit courait même que les souscripteurs pourraient avoir droit à un taux d’intérêt négatif.

Continuer d’acquérir et étendre sa destination d’investissement

Malgré la crise sanitaire engendrée par le covid-19, les SCPI ont essayé tant bien que mal de maintenir leur dynamique. Pour preuve, elles sont restées très actives en termes d’acquisition de biens immobiliers. Les bureaux restent le secteur plébiscité puisqu’ils représentent 57 % des acquisitions en valeur. Suivis par les commerces (19 %), la logistique (8 %), l’hôtellerie (6 %) et la santé.

Mais certaines rumeurs font état d’un futur changement de stratégie des sociétés de gestion. En effet, l’on estime que les SCPI dits diversifiés auraient plus de crédits à l’avenir.

Le véhicule de placement envisagerait également de prendre du recul vis-à-vis des acquisitions de bureaux, car les impacts de la pandémie pourraient se répercuter dans le secteur de l’emploi, où le télétravail serait plébiscité.

Ce qui n’empêche pas les Sociétés civiles de placement immobilier d’étendre leur zone d’activités. À l’heure actuelle, elles possèdent des biens immobiliers un peu partout sur le Vieux-Continent. La France représente évidemment sa première destination d’investissement, suivi de l’Allemagne (16 %), des pays d’Europe du Nord (7 %), du Benelux (5 %), de l’Europe de l’Est (4 %), de l’Espagne (4 %) également et enfin du Royaume-Uni (3 %).

Enfin, il est à noter que les SCPI n’ont pas eu de réels problèmes de recouvrements des loyers comme le laissait présager l’instabilité économique actuelle.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos